• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • CENTRAFRIQUE: « LES DIAMANTS DU SANG » ENVAHISSENT LES RÉSEAUX SOCIAUX

CENTRAFRIQUE: « LES DIAMANTS DU SANG » ENVAHISSENT LES RÉSEAUX SOCIAUX

Dans de nombreuses régions d’Afrique, les enfants sont exploités pour fournir des richesses du sol. Souvent, cela constitue pour ces derniers l’unique source de revenus pour eux et leur famille. Au vu et au su de tous, cette exploitation devient la norme et ne choque plus personne. Pourtant jusqu’au départ du président Bozizé en 2013, les populations centrafricaines vivaient de ce que leur rapportait le diamant de leur sol. Hélas, la guerre qui a éclaté dans le pays, la même année, a défait cet équilibre, permettant ainsi à des groupes armés de s’emparer des richesses minières du pays, même si cela devait coûter la vie à une partie de la population.

Pourtant, « processus de Kimberley », le régime international de certification des diamants bruts, avait déjà interdit la commercialisation et l’exportation des diamants centrafricains, mais la cupidité des hommes va bien plus loin que ce que l’on peut imaginer. Car, le diamant centrafricain est en train de devenir la star du web. Sur Facebook et Whatsapp, il devient bien facile de se procurer ce trésor centrafricains, car c’est désormais le moyen que les revendeurs ont trouvé pour contourner l’embargo du diamant centrafricain qui a pourtant été partiellement levé en 2015. Des faits bien réels confirment cette information qui peut paraître peu crédible.

L’ONG Global Whitness s’est fait passer pour un acheteur auprès d’un certain Sader, qui dit habiter à Beyrouth. Au cours de la négociation, Sader révélera au groupe d’infiltrés qu’il détient des pierres provenant du sol centrafricain et congolais (RDC). Ainsi, Sader collaborerait avec une équipe de “Français et Belges” d’origine africaine, qui ont trouvé le meilleur moyen de se construire un réseau d’acheteurs le plus rapidement possible.

Mais le plus alarmant dans cette histoire reste que les « diamants du sang » comme on les nomme sont exposés impunément sur les réseaux sociaux et cela ne choque personne. D’autant plus que les derniers affrontements en date en Centrafrique ont fait une centaine de morts dans la ville de Bria, grenier de mines d’or et de diamants.

NegroNews.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook