BENIN: LE MINISTRE QUI TUE LE POUVOIR EN PLACE

Professeur agrégé de droit, homme de la société civile, Joseph DJOGBENOU était sur tous les fronts pour démolir YAYI BONI.

Adulé du peuple, il a su montrer sa maîtrise des questions de droit et de l’idéal qu’il fallait pour le peuple béninois lors des élections présidentielles de 2016 où il a usé de son influence pour convaincre le peuple à voter Patrice TALON.

Nommé ministre de la justice depuis avril 2016, Joseph DJOGBENOU devient de plus en plus mal compris par la population du Bénin. Lui qui devrait orienter Patrice TALON sur le plan politique propose de nombreux textes de lois dont la plupart son sujet à de vives critiques de la part du peuple béninois.

Pour la réforme constitutionnelle qui devrait favoriser le bien-être de tous les béninois, DJOGBENOU en complicité avec le président,vont proposer un texte constitutionnel qui vassalise la République du Bénin ; projet rejeté par les députés de la minorité parlementaire.

Au nom de la ruse et de la rage ; sa nouvelle politique étatique,composée d’une multitude de lois claniques rejetées par la Cour Constitutionnelle seront votées par le parlement. En exemple nous pouvons citer les lois sur les collaborateurs extérieurs et sur le renseignement. Actuellement, le texte de loi sur le retrait du droit de grève aux Magistrats et aux agents de la santé fait polémique et suscite la réaction des confédérations syndicales. Le comble, il avait combattu becs et ongles ce même projet de loi sous le régime FCBE.

Les choses se compliquent pour le gouvernement TALON. La colère des syndicats s’accentue à cause de ce texte de loi que DJOGBENOU défend. Les fonctionnaires entrent aussi dans le jeu. L’administration risque donc d’être paralyser par les grèves.

DUNAMIS

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook