• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • AFRIQUE : DIFFICILE ACCÈS AUX PRÊTS DESTINÉS À L’AGRICULTURE

AFRIQUE : DIFFICILE ACCÈS AUX PRÊTS DESTINÉS À L’AGRICULTURE

Les jeunes entrepreneurs agricoles africains ont dénoncé mardi le faible accès aux prêts agricoles compétitifs, ce qui entrave la croissance de leurs entreprises agricoles.

Ils ont dit cela en prenant la parole lors d’un panel en marge de la manifestation sur la jeunesse africaine à Kigali, la capitale rwandaise, surnommée « L’emploi des jeunes dans l’agriculture comme solution solide pour mettre fin à la faim et à la pauvreté en Afrique ».

Le Rwanda a accueilli la conférence du 20 au 21 août avec un accent particulier sur l’engagement des jeunes africains à participer à la transformation de l’agriculture sur le continent par le biais des technologies de l’information et de la communication (TIC) et de l’entrepreneuriat.

« Le faible accès aux prêts agricoles est devenu un grand défi pour nos entreprises agricoles en raison des taux d’intérêt élevés et des demandes de garanties émanant d’institutions financières », a déclaré Dieudonné Twahirwa, fondateur de la société rwandaise Gashora Farm.

Il a appelé les gouvernements africains à allouer des fonds pour soutenir les jeunes dans l’agroalimentaire afin de relever les défis liés à l’accès aux prêts bancaires.

La conférence de deux jours a rassemblé des participants venus d’Afrique et d’ailleurs, y compris des représentants des gouvernements, des partenaires de développement, du secteur privé, des organisations de jeunes et de femmes, des organisations de la société civile, des chercheurs et des universitaires.

L’événement de haut niveau sur la jeunesse visait également à encourager les échanges entre les parties prenantes sur les connaissances et les meilleures pratiques concernant les interfaces entre l’agriculture, l’emploi des jeunes, l’esprit d’entreprise et les innovations en TIC, selon les organisateurs.

Selon Ruramiso Mashumba, président de la branche jeunesse du syndicat des agriculteurs du Zimbabwe, la jeunesse africaine a hâte de lancer des entreprises agroalimentaires, mais elle est laissée pour compte par les institutions financières réticentes à débloquer des fonds pour financer des projets agricoles.

« Les gouvernements africains devraient mettre en place une politique de l’entreprenariat des jeunes pour relever les défis qui affectent les jeunes qui créent des emplois grâce aux entreprises agroalimentaires », a-t-il déclaré.

Selon lui, les jeunes entrepreneurs ont des capacités limitées et manquent assez souvent d’argent pour améliorer leurs petites entreprises, que ce soit dans le secteur de l’agriculture ou dans d’autres secteurs, ce qui se traduit par une fermeture des entreprises.

Selon les Perspectives économiques en Afrique pour 2018 de la Banque africaine de développement, en 2015, l’Afrique comptait 226 millions de jeunes et ce nombre devrait augmenter de 42% en 2030.

Olawale Rotimi Opeyemi, fondatrice de JR Farms Limited, une entreprise agroalimentaire du Nigeria, a déclaré que l’impossibilité d’accéder aux prêts agricoles empêchait les jeunes de l’agriculture d’accéder à des semences, des tracteurs et des intrants agricoles modernes.

« Les jeunes entrepreneurs africains dans le secteur de l’agriculture plaident pour un environnement plus favorable, un meilleur accès à la formation, au financement et aux ressources, et pour que leurs gouvernements y croient », a-t-il noté.

La conférence a discuté des solutions qui offrent de nouvelles opportunités pour l’entrepreneuriat des jeunes, y compris à la ferme et au-delà, le long des chaînes de valeur agricoles.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook