• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] KINSHASA ET BRAZZAVILLE CÉLÈBRENT TABU LEY JUSQU’AU 30 MARS 2013

[ACTUALITÉ] KINSHASA ET BRAZZAVILLE CÉLÈBRENT TABU LEY JUSQU’AU 30 MARS 2013

A Kinshasa et à Brazzaville, plusieurs activités sont programmées du 13 novembre 2012 au 30 mars 2013 en hommage à l’artiste musicien Tabu Ley, pour pérenniser ses oeuvres.

« Honore Ley » est une série de manifestations honorifiques sous différentes formes prévues afin de mieux faire pérenniser l’artiste Tabu Ley par le public. A Kinshasa et à Brazzaville, plusieurs activités sont programmées du 13 novembre 2012 au 30 mars 2013.

A cet effet, il sera organisé une grande exposition photos qui va retracer le parcours et le temps fort de l’artiste, de 1959 à 2009. Comme ses collègues Kabasele Tshamala et Luambo Makiadi ont des avenues portant leurs noms à Kinshasa, les autorités urbaines ont ainsi jugé opportun que l’avenue Tombalbaye à Gombe soit débaptisée Tabu Ley.

Une grande cérémonie officielle est prévue dans les prochains jours. Désormais patrimoine national, Tabu Ley n’appartient plus à sa famille biologique. Aussi ses enfants ont-ils décidé de remettre aux Musées nationaux des biens et effets divers de leur père, notamment ses vêtements de scène.

Sur le plan scientifique, Tabu Ley n’est pas seulement cet artiste qui peint la société congolaise au quotidien au travers ses oeuvres musicales. Il est aussi ce messager qui décrit les maux et fléaux qui rongent la République démocratique du Congo.

Rochereau est aussi ce griot qui vante les valeurs intrinsèques de l’identité congolaise et ce moralisateur qui prêche la bonne parole.

En effet, pour mieux appréhender tous les contours de la prose poétique, les organisateurs de l’événement « Honore Ley » vont organiser des conférences qui vont faire découvrir la partie invisible de l’icône Tabu Ley. Pour ce faire, deux livres seront publiés, l’un sous la forme des témoignages, dans lequel ceux qui l’ont vu grandir et qui l’ont côtoyé vont raconter la vie cachée du jeune diplômé de Saint Raphaël qui a troqué sa machine è écrire contre le micro.

L’autre face de cet ouvrage biographique répondra à deux grandes questions du public, à savoir « Comment et pourquoi l’artiste est parti en exil forcé plus d’une fois, et a fini sa carrière en politique ? ». Par ailleurs, le deuxième volume du livre va se pencher plutôt sur une étude approfondie de son oeuvre musicale et sa pertinence vocale.

Tellement riche en images et en métaphores heureuses, il est important que son texte soit analysé pour goûter toute la saveur. D’aucuns n’ignorent sa puissance thématique qui donne un caractère particulier à ses compositions et son style Fiesta dans la rumba congolaise moderne.

Premier musicien à introduire la batterie et la poésie et le romantisme dans la musique congolaise, Tabu Ley compte à son actif plus de 2 000 chansons, plus de 250 disques et plus de 500 productions en Afrique, en Europe, en Amérique et Asie. Il est aussi le premier artiste africain noir avec son groupe Afrisa International à affronter la mythique salle parisienne, Olympia en 1972.

Auteur de la célèbre chanson « Keliya », Pascal Rochereau a connu une carrière fructueuse et glorieuse à travers le monde entier. Pour cette commémoration, les organisateurs de « Honore Ley » envisagent de mettre à la disposition du public un coffret anthologique de 10 CD en guise de souvenir. Cette aubade comprendra une série de chansons, «The best of Ley».

En plus de la médaille de mérite civique, Tabu Ley a été décoré de la médaille d’or des arts, sciences et lettres.

Le patron de l’orchestre « Afrisa International » fait désormais partie de dignitaires nationaux. Fruit de ses mérites, cette star de la musique congolaise vient d’être décoré de deux médailles d’or, sur instruction du chef de l’Etat. Le chancelier des ordres nationaux, le général de brigade Silungi, a procédé, le mardi 13 novembre 2012, à la décoration de l’artiste musicien Pascal Tabu Ley qui, par ses oeuvres, a défendu les couleurs de la République sur la scène internationale.

Dans son mot, le général de brigade Silungi a évoqué les raisons pour lesquelles, au nom du président de la République, grand chancelier des ordres nationaux, il a décerné à ce talentueux chanteur la médaille d’or des arts, sciences et lettres et celle de mérite civique.

Selon cet officier supérieur, cette cérémonie a été organisée pour reconnaître le mérite d’un digne fils de la République dont les oeuvres musicales ont été et continuent à faire l’honneur de la RDC à travers la planète. Å’uvres qui, d’après le chancelier, constituent un motif de fierté légitime pour le pays.

Tabu Ley, a-t-il rappelé, avait déjà égayé les Congolais à l’indépendance du pays en chantant avec Kallé Jeef la célèbre chanson « Indépendance tcha-tcha ». C’est à raison de tous ses mérites que la chancellerie des ordres nationaux a décidé de lui décerner les deux médailles d’or.

En outre, il a annoncé que prochainement, la chancellerie va procéder aussi à la décoration d’autres illustres artistes musiciens qui se sont distingués dans leurs carrières professionnelles. Une façon pour lui de souhaiter que l’exemple de Tabu Ley serve de ùodèle à la jeune génération.

Pour sa part, le secrétaire général à la chancellerie des ordres nationaux a lu les deux actes de nomination qui élèvent l’artiste musicien au rang des ordres nationaux. Le chancelier des ordres nationaux a ensuite prononcé des paroles sacramentales avant de décorer le lauréat.

Au regard de ce qui précède, plus d’une personne saluent la volonté des autorités congolaises de décerner un titre à un héros de la musique, de son vivant. Ces personnes émettent le voeu de voir cette décision du gouvernement mettre fin aux vieilles habitudes consistant à ne reconnaître les mérites des personnes qu’à titre posthume.

Cette action encourageante va, pour ces personnes, désormais susciter une certaine émulation dans le chef des artistes musiciens de façon à exceller pour laisser des empreintes.

A qui donc le prochain tour ?

Source : Lecongolais.cd

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook