• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • VICTIME D’HARCÈLEMENT, GABRIEL SE SUICIDE À L’ÂGE DE 8 ANS

VICTIME D’HARCÈLEMENT, GABRIEL SE SUICIDE À L’ÂGE DE 8 ANS

En janvier dernier, Gabriel Taye, 8 ans, mettait fin à ses jours par pendaison dans sa chambre dans la ville d’Ohio. Des images révélées vendredi dernier, montrent qu’il avait été harcelé et frappé à l’école par des camarades de classe deux jours auparavant.

Dans la vidéo dévoilée par l’école aux autorités, on y voit le garçon bousculé par des camarades. Ensuite, il est retrouvé par l’adjoint au chef d’établissement inconscient dans les toilettes au sol. D’autres élèves auraient, a priori, continué à le maltraiter en le frappant et en se moquant de lui. C’est 48 heures plus tard à son domicile, dans sa chambre, qu’il s’est pendu.

Une porte-parole de l’école indique que l’enfant n’a jamais dit ce jour-là qu’il s’était fait frapper, mais plutôt qu’il s’était évanoui. Lorsque Cornelia Reynolds, sa mère est venue récupérer Gabriel à l’école ce jour-là, la direction lui a simplement dit que l’enfant avait perdu conscience,

Deux jours après cet événement, le 26 janvier, la mère de Gabriel l’appelle à trois reprise pour déjeuner. Après quelques minutes d’attente, elle se décide enfin à entrer dans sa chambre. C’est là qu’elle découvre le petit corps de son fils inanimé est accroché au bout d’une corde ! Gabriel s’est pendu. Il est mort.

Un enquêteur interrogé par le «Cincinnati Enquirer» a expliqué que ces images filmées pouvaient faire basculer l’enquête puisque ce «degré de harcèlement peut être considéré comme une attaque criminelle».

Les questions que l’on peut se poser dans cette histoire, c’est « Pourquoi l’école n’a-t-elle pas informé la mère des sévices dont était victime Gabriel ? » Pourquoi surtout a-t-elle laissé se poursuivre ces violences et ses humiliations sans en punir les auteurs ?

De son côté, l’école se défend en indiquant avoir suivi le protocole et avoir appelé immédiatement l’infirmière scolaire avant de demander à la mère de le transporter à l’hôpital pour s’assurer que tout allait bien.

Une enquête est ouverte et le personnel éducatif de l’école devra s’en expliquer prochainement devant la justice.

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook