• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] UNE SOCIÉTÉ MINIÈRE ACCUSÉE DE DÉTRUIRE UN SITE D’ABORIGÈNES

[SOCIÉTÉ] UNE SOCIÉTÉ MINIÈRE ACCUSÉE DE DÉTRUIRE UN SITE D’ABORIGÈNES

Le chef des Aborigènes de Kimberley, Wayne BERGMANN, a exigé de la société minière Buru Energy un arrêt des travaux d’exploitation du champ pétrolier situé dans le bassin de Canning (dans l’ouest de l’Australie). Il affirme que la société a rasé un grand site où vivent des Aborigènes sans autorisation et détérioré des artéfacts âgés de plusieurs milliers d’années.

M. BERGMANN a déposé une plainte auprès du Ministère des Affaires aborigènes, qui enquête déjà sur l’affaire d’après ses dires.

Un test de production du pétrole a commencé à Ungani (toujours dans l’ouest de l’Australie), à 100 km de Broome plus tôt dans l’année, sur la première surface terrienne destinée au commerce dans la région depuis que l’exploitation du champ pétrolier Blina a démarré en 1983.

M. BERGMANN a déclaré que les propriétaires aborigènes avaient recommandé à Buru de ne pas effectuer des travaux de grande envergure dans les dunes, car la région contenait d’évidence de nombreuses preuves de l’habitat humain.

Le leader des propriétaires traditionnels reproche à la compagnie d’avoir rasé une grande partie de son territoire dont des matériaux datant de dix voire trente milliers d’années.

En partenariat avec Buru Energy, Mitsubishi possède 50% des droits d’exploration dans le bassin de Canning, dans le nord de l’Australie occidentale.

Le directeur exécutif Eric STREITBERG a déclaré que toutes les opérations menées par Buru étaient légales car il a obtenu l’accord des propriétaires traditionnels. Les pourparlers ont duré neuf mois d’après lui.

Toutefois, Eric a décidé de suspendre les travaux le temps que des enquêtes soient menées dans le but de savoir si les explorations entraînent vraiment les dégâts considérables pour les êtres humains et leurs habitations.

Un porte-parole du Ministère des Affaires aborigènes a reconnu que la loi du patrimoine aborigène (Aboriginal Heritage Act) protège tous leurs sites même s’ils ne sont pas inscrits sur le registre officiel. C’est la seule réaction publique du Ministère.

Avec Whitewolfpack.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook