• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] ANGOLA : LA FIDH DÉNONCE LA TRAQUE DE MIGRANTS AFRICAINS LANCÉE PAR LES AUTORITÉS

[SOCIÉTÉ] ANGOLA : LA FIDH DÉNONCE LA TRAQUE DE MIGRANTS AFRICAINS LANCÉE PAR LES AUTORITÉS

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), en collaboration avec huit ONG ouest-africaines dénonce les graves violations de droits humains commises en Angola à l’encontre de ressortissants africains. Ces derniers sont actuellement traqués comme des émigrés clandestins.

Dans un communiqué signé par la FIDH et de ses huit partenaires, ils dénoncent la nouvelle opération de lutte contre l’immigration clandestine lancée par l’état ougandais. Une opération qui s’apparente à une véritable traque aux migrants.

En effet, comme le precise le communiqué de presse: « En 10 jours, 3000 étrangers ont été raflés dans les rues de Luanda, la capitale angolaise. »

D’après ces organisations de défenses des droits de l’homme, les ressortissants africains sont violemment arrêtés dans les rues de Luanda, à leurs domiciles ou sur leurs lieux de travail avant d’être transportés vers le centre de rétention de Trinita, situé à 30 km de Luanda.

Certains sont alors rapatriés de force, d’autres sont détenus dans des conditions cruelles, inhumaines, humiliantes et dégradantes, entassés dans des cellules exiguës, sans eau ni nourriture. Des femmes enceintes, dont deux originaires du Mali et de la Guinée, ont été même contraintes d’accoucher à proximité de ces lieux.

Cette sortie a été l’occasion pour les Ongs d’exhorter les autorités angolaises à cesser ces exactions, comme le stipulent les textes juridiques internationaux portant sur les droits humains, ratifiés par l’État angolais. Ils interpellent par la même occasion les états africains dont sont originaires les migrants sur la gravité de la situation et leur demande d’exiger des autorités angolaises la libération de ces derniers du camp de Trinita où ils subissent des traitements inhumains et dégradants

La FIDH et les 8 autres Ongs ont demandé pour finir à l’Union africaine d’assurer le respect du droit international des droits humains dans la conduite des politiques migratoires de ses États membres.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook