• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] MACKY SALL FAVORABLE À LA REÉLECTION DE COMPAORE À LA TÊTE DU BURKINA FASO

[POLITIQUE] MACKY SALL FAVORABLE À LA REÉLECTION DE COMPAORE À LA TÊTE DU BURKINA FASO

Le président sénégalais a déclaré ce 12 septembre 2014, alors qu’il recevait la secrétaire d’Etat française au développement et à la francophonie Annick Giradin, qu’il était favorable à la réélection de Blaise Comporé à la tête du Burkina Faso. Selon lui, ce choix est important dans la mesure où il permet la stabilité en Afrique de l’Ouest.

Il faut dire que la région est très volatile depuis la chute de Kadhafi, et l’arrivée de groupes terroristes qui menacent le sahel, les mouvements séparatistes Touareg au Mali, la secte islamique Boko Haram, et maintenant l’épidémie Ebola.

C’est donc un vent d’instabilité qui souffle sur toute l’Afrique de l’ouest en ce moment. Et pour faire face à cette situation, il semble vrai que l’Afrique ait besoin de régime stable plutôt que de démocratie instable, émaillée par les guerres et coups d’Etat comme on le voit actuellement en Libye.

Cependant Compaoré est à la tête du Burkina Faso depuis 1987, et la constitution ne lui permet pas de se représenter.
Il doit en plus de cela faire face à d’énormes contestations populaires dans tout le pays. Des contestations qui risquent d’empirer en cas de sa réélection.

C’est une situation très délicates, pour celui qui fut pendant longtemps le dauphin du Leader Thomas Sankara, avant de le succéder suite à son assassinat, et dont beaucoup l’accusent d’en être l’auteur ou sinon le commanditaire.

On pourrait donc se demander si finalement la stabilité serait de laisser Blaise Compaoré être réélu, ou qu’il parte ?

Paradoxalement, Macky Sall qui se dit favorable à la réélection de son ami Blaise, oublie un peu qu’il a lui-même connu une situation similaire face à Abdoulaye Wade, alors qu’il était premier ministre du président sénégalais, qui tentait lui aussi de modifier la constitution et de se faire réélire.

Des manifestations avaient alors éclatées dans tout le pays, obligeant Wade à capituler, et propulsant Macky Sall vers le poste de président de la République du Sénégal.
C’est donc une prise de position contradictoire affichée là par le président sénégalais.

Cependant l’opposition Burkinabé entend bien manifester jusqu’au dernier jour enfin d’éviter la réélection de Blaise Compaoré, donc l’article 37 de la constitution interdit la représentation.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook