• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Google crée badge pour identifier les commerces des noirs

Google crée badge pour identifier les commerces des noirs

Google a annoncé il y a quelques jours, via le média américain The Verge, la création d’un badge permettant d’identifier les commerces tenus ou dirigés par des noirs sur Google Business et Google Maps.

« Google aurait constaté ces derniers mois une augmentation des recherches en ligne visant à trouver des établissements tenus par des afro-américains« , c‘est donc sur le communautarisme Afro que Google souhaite désormais surfer, affichant cette mesure comme un « soutien à la communauté noire ».

Le mouvement Buy Black, qui a connu un essor fulgurant ces cinq dernières années et est devenu une marketplace (www.webuyblack.com) qui compte des milliards de référencés, a-t-il dû souci à se faire ?

Le journal les Échos titrait au mois de juin dernier « Le mouvement « Buy Black » fait des étincelles à Wall Street ». Suite a la mort de Georges Floyd, le mouvement Black Lives Matter avait fait des vagues jusqu’à Wall Street, où « certains titres de sociétés détenues ou dirigées par des Noirs, ou encore engagées en faveur de la communauté afro-américaine, flambent. Carver Bank a ainsi gagné 853 % en une seule journée, tandis que Urban One a pris 150 %. » (source les Échos)

Cette mesure, Google ne pourra à priori pas la dupliquer en France de si tôt, car les statistiques ethniques sont interdites, ou ultra contrôlées lorsqu’il y a un principe dérogatoire lié à la sécurité des personnes.

« Interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci » (Article 8 de la loi informatique et liberté).

Il n’empêche que cette News soulève un questionnement légitime. Le communautarisme part de la volonté de s’émanciper en tant que communauté et d’être autonome dans ses actions.

Pendant que Google tente de s’imposer annuaire de la communauté afro aux USA, en France, la réalité est toute autre. La Licra saisit le ministre de la santé Français, Olivier Verand, sur Tweeter le 4 août 2020, pour lui demander de prendre des mesures contre la publication d’un annuaire répertoriant des praticiens racisés afros, qualifiant cette action de « folie identitaire ».
De nombreux internautes ont manifesté leur inquiétude suite au tweet de la Licra, s’interrogeant légitimement sur la légalité des groupes et initiatives communautaires déjà présents sur la toile.

« Légalement tant que nous ne diffamons pas ou ne portons pas atteinte aux autres communautés nous sommes dans le DROIT de faire de la promotion communautaire. » (source Solucia protection juridique)

De nombreuses applications, sites Web et groupes sur les réseaux sociaux répertoriant les « Afropreneurs » existent d’ailleurs déjà chez nous, à l’exemple de Lobbynoir.com qui recense plus de 1500 professionnels afro descendants en France depuis maintenant 2 ans.

Le salon Business Africa réunira plusieurs entrepre neurs africains le 24-25 Octobre. Prenez vos places ! 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video