QUI EST CE DR. SEBI SUR QUI NIPSEY HUSSLE ENQUÊTAIT ?

Vous vous êtes sûrement déjà posés la question. Peu de temps avant sa mort survenue dimanche 31 mars, Nipsey Hussle avait révélé qu’il était en train de réaliser un documentaire sur la vie du Dr. Sebi, qui affirmait avoir guéri avec succès le Sida. Certains parmi ses fans sur les réseaux sociaux pensent que le rapprochement du rappeur de « Victory Lap » avec ce personnage controversé pourrait avoir fait de lui une cible.

Le projet avorté de Hussle

Invité de l’émission de radio The Breakfast Club en avril 2018, le rappeur californien déclarait ceci : « Je bosse sur le docu d’un procès. Le docteur Sebi s’est pris un procès parce qu’il a affirmé dans les journaux qu’il pouvait guérir le Sida. Et il s’en est sorti. Ensuite, il s’en est allé devant la cour fédérale, et il s’en est sorti. Et ça personne n’en parle ».

En précisant que cette histoire était importante, Hussle avait ensuite ajouté : « Ce qui m’intéresse plus encore que de défendre ses produits ou sa méthode, c’est de mettre en lumière ce qui s’est passé au procès ».

Personnage aujourd’hui peu connu du grand public, Alfredo Darrington Bowman de son vrai nom, Dr. Sebi est un herboriste originaire du Honduras. Il connaît son heure de gloire dans les années 80 alors après avoir affirmé être en mesure de guérir les personnes séropositives, et ce, à une époque où les personnes mourant du Sida atteignaient un nombre record.

Guérisseur révolutionnaire, mais controversé

Le guérisseur hondurien est plus connu pour être le chef de file du mouvement des remèdes naturels. Dans le cadre de sa pratique, il avait prescrit un régime végétalien strict qui éliminait l’alcool, le sucre et le sel iodé pour aider le corps à se régénérer et à se guérir.

S’il n’a jamais révélé les secrets de son fameux « traitement » à base de plantes, l’homme n’en vante pas moins ouvertement ses mérites, comme lorsqu’il achète plusieurs encarts publicitaires dans différents journaux papiers comme le New York Post, le Amsterdam News ou le Village Voice pour clamer être en mesure de venir à bout de maladies comme la leucémie, le Sida ou l’herpès en échange de 500 dollars.

En contrechamp de son succès, le tradipraticien doit aussi composer avec l’hostilité des autorités américaines qui l’accusent de propagande. À la fin des années 80, Dr. Sebi est en effet au centre de plusieurs procédures pénales pour « pratique de la médecine sans permis ». L’institut de recherche de l’herboriste, USHA, dès lors fait l’objet d’un procès dans l’Etat de New-York à la même époque.

Batailles juridiques

Le procureur de l’État de New York avait alors demandé à Alfredo Bowman de retirer les publicités s’il ne voulait pas avoir à faire face aux conséquences juridiques. « Moyennant des frais initiaux de 500 dollars et de 80 dollars pour chaque visite supplémentaire, les patients ont été informés qu’ils pouvaient guérir du Sida et d’autres maladies. Les « remèdes » consistaient en divers produits à base de plantes », déclare-t-il au cours du procès contre le médecin.

Le Dr. Sebi présente ses conclusions lors de ce procès à New York, où il fournit des exemples de 77 patients qu’il affirme avoir guéris. Bien que le médecin ait gain de cause, les informations sur son traitement ne seront jamais vulgarisées. Déclaré non-coupable à l’issue du procès, Bowman se résout à conclure un accord avec le tribunal dans lequel il s’engage à ne plus revendiquer le traitement de maladies par ses produits.

Après avoir remporté ses batailles juridiques, Alfredo Bowman soigne ensuite plusieurs patients célèbres, dont Michael Jackson. En 2004, il aurait passé des mois à traiter le roi de la pop avec sa « thérapie alimentaire à base de cellules bioélectriques africaines ». Ce qui lui vaut d’être conduit par le chanteur à Washington pour rencontrer y des membres afro-américains du Congrès au sujet de son travail. La rencontre ne rapporte de l’argent pour le financement ni le soutien des représentants noirs.

L’affaires des blanchiments d’argent

En 2016, le Dr. Sebi est arrêté avec son associé, Pablo Medina Gamboa, à l’aéroport de Roatán, une île des Caraïbes à environ 60 kilomètres au large des côtes du Honduras. Les deux hommes ont été interpellés pour « être en la possession illégale de 37 000 dollars » alors qu’ils tentaient de monter dans un avion privé.

Il est relâché peu de temps après pour être arrêté pour la deuxième fois par le Public Ministerio, l’équivalent du FBI au Honduras, pour blanchiment d’argent. Il est maintenu en garde à vue bien qu’il soit aux prises, à cette époque, avec une pneumonie. Il meurt à l’âge de 82 ans alors qu’il était en transit vers l’hôpital Vicente d’Antoni.

Bien qu’il soit prétendu que le Dr. Sebi ait été arrêté pour suspicion de blanchiment d’argent, « il y a déjà des sceptiques, y compris ceux qui sont proches de lui, qui remettent en cause son arrestation et la manière dont il est mort », écrit Erin Elizabeth fondatrice du site d’informations médicales, Healthnut News.

Le rappeur et acteur Nick Cannon a annoncé, lundi 01er avril, sur Instagram qu’il honorerait Nipsey Hussle en achevant son projet de documentaire consacré au guérisseur hondurien.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook