• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] LES RELATIONS ENTRE LES NOIRS ET LES JUIFS DE L’ANTIQUITÉ À L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

[CULTURE] LES RELATIONS ENTRE LES NOIRS ET LES JUIFS DE L’ANTIQUITÉ À L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

Ce long exposé vous invite à travers une approche historiographique méthodique et approfondie, à découvrir les évènements clés des relations entre les Noirs et les Juifs, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Il s’agit d’un exposé filmé durant une conférence donnée à Paris le 25 mars 2006 par le professeur Jean Charles Coovi Gomez. Ce dernier clarifie explicitement et pour la première fois, 5 questions historiques majeures restées jusqu’ici sans appréciation rationnelle :

1- La question de l’origine des « Sémites » en général et du peuple juif en particulier.

2- La question de l’initiation d’ABRAHAM, l’ancêtre éponyme du peuple juif, par le grand prêtre MELCHISEDECH à Canaan et en Égypte, puis celle de JOSEPH par PUTIPHAR suivie de l’élucidation de la nature des contacts entre les Noirs Égyptiens et les peuplades sémitiques infiltrées dans la vallée du Nil.

3- La question du prétendu « esclavage » des Juifs en Égypte et l’instrumentalisation qui en a été faite dans les commentaires rabbiniques (Cf. Midrash Rabbah, Béréchit Rabbah, etc.) puis dans la littérature patristique pour justifier, à posteriori, par le biais de la « malédiction noachique », la Traite négrière européenne et la colonisation.

4- La question du rôle des banquiers Juifs actionnaires et bénéficiaires de la Traite négrière européenne et l’implication active des pôles hollandais et italiens dans le flux et le reflux du trafic de la chair humaine entre l’Afrique, l’Europe et le « Nouveau Monde » (notamment à Curaçao).

5- La question du réinvestissement des sur-profits amassés grâce à la Traite des Nègres dans le développement du machinisme et par suite dans la révolution industrielle qui à son tour, impliquait la conquête coloniale.

Ce faisant, le conférencier met à nu les mécanismes idéologiques sous-jacents aux thèses négationnistes et pseudo-scientifiques qui font état, de nos jours, d’une prétendue « Traite africaine » et entendent réactualiser les estimations minimalistes relatives aux préjudices irréparables causés à l’Afrique par les États négriers européens (Portugal, Espagne, France, Angleterre, Hollande, etc.).

En tout état de cause, le travail de mémoire pour être efficace, présuppose le rétablissement sans complaisance, ni compromis de la vérité historique.

Le Professeur Jean Charles Coovi GOMEZ est originaire de la République du Bénin. Égyptologue, philosophe et historien, il s’est spécialisé dans l’étude des relations culturelles entre les civilisations anciennes de la vallée du Nil (Nubie, Égypte ancienne) et celles du golfe du Bénin.

Il est également le directeur de l’Institut d’Égyptologie et des Civilisations Africaines (IECA), le coordinateur du comité scientifique pour la rédaction d’une Histoire générale des Noirs en France, le fondateur du Centre d’Etude, de Recherche et de Prospective sur les civilisations du Monde noir.

Source : menaibuc.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook