BURKINA : FRANÇOIS COMPAORÉ ARRETÉ À PARIS

Visé depuis mai 2017 par un mandat d’arrêt international émis par la justice burkinabè, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président du Burkina Faso a été interpellé dimanche 29 octobre 2017, à l’aéroport parisien de Roissy, en provenance de la côte d’ivoire où ils se sont réfugiés depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui avait mis fin au régime de Blaise Compaoré. Selon des sources concordantes, cette interpellation intervient dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du journaliste et directeur de Publication de l’Hebdomadaire « L’Indépendant » Norbert Zongo, assassiné dans des conditions mystérieuses le 13 décembre 1998 alors qu’il enquêtait sur la mort de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, avec trois de ses compagnons. Celui qui avait l’habitude d’effectuer des allers-retours entre la Côte d’Ivoire et la France est actuellement « en attente » à l’aéroport, selon son avocat Pierre-Olivier Sur.

François Compaoré était poursuivi pour « incitation à assassinat ». « Il reste à Roissy, en attente d’être présenté devant un juge à Paris, qui statuera sur sa liberté ou son incarcération, probablement sous quarante-huit heures », précise Pierre-Olivier Sur. François Compaoré « a été entendu trois fois par la commission d’enquête internationale et trois autres fois par une juridiction d’instruction au Burkina Faso, or chacune de ces deux procédures l’a disculpé » dans ce dossier, fait valoir son avocat. « Le pouvoir en place, qui ne parvient pas à retenir de charges contre Blaise Compaoré change aujourd’hui son fusil d’épaule et accuse son frère », estime Me Sur.

L’avocat de la famille de Norbert Zongo s’est dit « heureux » et « soulagé » de cette arrestation. « J’applaudis cette arrestation, se félicite Maître Bénéwendé Sankara, un des avocats de la famille de Norbert Zongo. Maintenant, nous espérons que cette procédure va se poursuivre par l’extradition pure et simple de François Compaoré vers le Burkina Faso. ».

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook