• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] AFRIQUE-SUD : DESMOND TUTU EN FAVEUR DU SUICIDE ASSISTÉ

[ACTUALITÉ] AFRIQUE-SUD : DESMOND TUTU EN FAVEUR DU SUICIDE ASSISTÉ

Son grand ami Nelson Mandela avait surnommé Desmond Tutu « la conscience de l’Afrique du Sud ». Aujourd’hui, à l’âge de 82 ans, le Prix Nobel de la paix 1984, qui a fait campagne contre l’apartheid, le sida et l’homophobie, s’est trouvé un nouveau cheval de bataille : dans un article paru ce week-end dans The Observer, le révérend anglican sud-africain s’est ainsi déclaré en faveur du suicide assisté.

« Certains pensent que les soins palliatifs suffisent à assurer un passage facile vers la mort, alors que d’autres revendiquent au contraire le droit de rester autonomes et conscients jusqu’à la fin, aux côtés de leurs proches, au lieu de partir dans un brouillard de sédatifs, écrit-il ainsi dans le journal britannique. Personnellement, je sais que je ne voudrais pas prolonger ma vie de façon artificielle, car quelle qualité de vie a-t-on quand on a besoin d’une machine pour respirer, et pourquoi dépenser de l’argent à prolonger des vies qui se terminent quand on pourrait plutôt l’utiliser pour aider une mère à donner naissance ou pour un transplant d’organe chez un jeune ? »

« Souffrances inutiles »

Son article, et la franchise dont il fait preuve, tombe à point pour les partisans du suicide assisté en Grande-Bretagne : les Lords débattront en effet vendredi une proposition de loi visant à légaliser cette pratique chez les adultes atteints de maladies incurables. Entre 1936 et 2006, sept propositions de loi similaires ont été rejetées, le sujet restant très polémique au sein de la classe politique, en dépit du fait que près de huit Britanniques sur dix se prononcent aujourd’hui en faveur de l’adoption d’une telle loi.

La veille déjà, Lord Carey, qui fut archevêque de Cantorbéry entre 1991 et 2002, auparavant farouchement opposé au suicide assisté, avait aussi créé la surprise en soutenant publiquement le projet de loi : « Le fait est que j’ai changé d’avis, mes principes sur la question s’étant effondrés face à une réalité faite de souffrances inutiles », a-t-il ainsi écrit dans The Daily Mail, citant l’exemple de Nick Dicklinson, un Britannique de 51 ans atteint du syndrome d’enfermement, qui s’était battu, en vain, pour le droit au suicide assisté avant son décès.

« Mourir de façon décente »

Dans le cas du suicide assisté, les patients eux-mêmes doivent s’autoadministrer les médicaments nécessaires à leur décès prescrits par un médecin, si nécessaire avec l’aide de ce dernier, contrairement à l’euthanasie qui est un acte médical. Et si cette dernière est légale en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg, le suicide assisté n’est légal qu’en Suisse et dans les États américains de l’Oregon, de Washington et du Vermont.

« Les êtres humains devraient avoir le droit de mourir de façon décente et, pour moi, cela signifie être capable d’avoir une conversation avec ceux qui ont croisé mon chemin et pouvoir dire au revoir à ceux que j’aime, si possible à la maison, ajoute Desmond Tutu. Et, oui, j’entends bien que beaucoup de gens m’en voudraient de faire le choix d’un suicide assisté, mais je leur répondrais que c’est option qui me convient. » Quatre-vingt-douze Britanniques se sont rendus en Suisse pour se suicider au sein de cliniques spécialisées. La pratique, considérée dans leur pays comme un crime, reste passable de quatorze ans d’emprisonnement.

Lien pour regarder l’interview :  http://www.wat.tv/video/prix-nobel-paix-desmond-tutu-6vbv5_2exyh_.html

Source : http://www.lepoint.fr/monde/desmond-tutu-en-faveur-du-suicide-assiste-14-07-2014-1845912_24.php

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video