• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • [ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : NOUVELLE FUSILLADE AUTOUR D’UNE MINE, 4 BLESSÉS

[ACTUALITÉ] AFRIQUE DU SUD : NOUVELLE FUSILLADE AUTOUR D’UNE MINE, 4 BLESSÉS

Quatre mineurs ont été blessés lundi dans une fusillade près d’une mine d’or des environs de Johannesburg, en Afrique du Sud. Selon un porte-parole de la police, les violences ont opposé ces mineurs à certains de leurs anciens collègues récemment licenciés. «Nous confirmons que quatre personnes ont été hospitalisées», a indiqué à l’AFP la capitaine Pinky Tsinyane, «mais nous ne pouvons pas dire s’ils ont tous été blessés par balles ou agressés par les ex-mineurs.
SUR LE MÊME SUJET
Tuerie de Marikana : les mineurs provisoirement innocentésAfrique du Sud : après les morts de Marikana, la grève s’étend à une autre mine
Une enquête est en cours».

Selon cette porte-parole de la police, quelque 200 hommes armés de bâtons et de barres de fer tentaient de bloquer les accès à la mine d’or de Modder East, à Springs (à environ 30 km à l’est de Johannesburg), quand les forces de l’ordre sont intervenues.

Cet incident survient moins de trois semaines après la fusillade meurtrière de la mine de platine de Marikana (nord), exploitée par Lonmin, où 34 mineurs en grève illégale ont été abattus par la police le 16 août, provoquant un choc énorme dans la société sud-africaine.

Les mineurs licenciés voulaient bloquer l’entrée de l’exploitation

La société Gold One, exploitante de la mine de Modder East, confirme partiellement les informations de la police. Elle affirme qu’environ 60 ex-salariés se sont présentés lundi matin vers 06h30 pour tenter de bloquer l’entrée du site. Selon Gold One, la police est intervenue et, après avoir tenté d’obtenir la dispersion des manifestants, a fait usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc vers 11h30.

L’accès au site avait été rétabli en début d’après-midi, selon la compagnie. Gold One avait licencié plus de la moitié des employés de sa mine de Modder East en juin, après une grève sauvage organisée par le petit syndicat Ptawu, qui cherchait à être l’organisation représentative.

Sur les 1.044 mineurs licenciés, près de 500 se sont présentés pour être réembauchés et environ 300 l’ont effectivement été, selon un communiqué de l’entreprise datant de samedi. Par ailleurs, un tribunal de la banlieue de Pretoria a relâché lundi 47 des 270 mineurs grévistes qui avaient été arrêtés après la fusillade de Marikana suite à la suspension de leur inculpation pour le meurtre de leurs camarades.

Source : AFP

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook