[SOCIÉTÉ] QUI A LE DROIT DE DIRE « NÉGRO » ?

Le 2 juin 2012, Kanye West et Jay-Z ont invité leur amie, l’actrice américaine Gwyneth Paltrow à les rejoindre sur la scène de Bercy. À cette occasion, Gwyneth a publié sur son compte Twitter : «ni**as in paris for real @mrteriusnash (the dream) tyty, beehigh» (des négros à Paris pour de vrai etc). Suite à sa publication, la comédienne s’est faite incendier sur le réseau social Twitter parce qu’elle est blanche et n’aurait donc pas la légitimité d’écrire le mot « niggas ».

Paltrow s’est défendue en annonçant qu’elle n’avait fait que reprendre le titre de la chanson des deux rappeurs « Niggas in Paris ». Dans ce morceau, les deux interprètes se vantent d’être des Noirs vus certes comme des « niggas » (négros) autrement dit des descendants d’esclaves, des humains au statut social inférieur par les Non-Noirs aux États-Unis, mais ils ont réussi et peuvent donc crâner à Paris.

Le mot dont il est question, a toujours une connotation négative aujourd’hui en raison de l’histoire plus précisément des esclavagistes blancs qui ne cessaient de dénigrer les personnes qui avaient du sang noir avec ce sobriquet. Or des grandes personnalités de la diaspora africaine dans le monde ont fait en sorte que ce ne soit plus un terme négatif pour les nôtres. On peut citer Aimé Césaire et son concept de négritude ou Marcus Garvey et son journal « The Negro World ». Par ailleurs, des artistes dans le milieu hip hop aux États-Unis le prononcent régulièrement avec plus ou moins de conscience quant à sa connotation.

Toutefois, même avec l’idée de positiver, l’expression ne valorise que l’être humain noir et est censé ne fédérer que les nôtres. C’est pourquoi nous posons les questions : devons nous oublier le passé ? Prendre en compte l’omniprésence de ce mot dans la bouche des descendants des déportés et finalement autoriser les Non-Noirs à dire « nigga » (négro) ?

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook