• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] JOHN LEGEND « C’EST COMME SI TOUS LES JOURS, UN NOIR NON ARMÉ SE FAISAIT TUER »

[SOCIÉTÉ] JOHN LEGEND « C’EST COMME SI TOUS LES JOURS, UN NOIR NON ARMÉ SE FAISAIT TUER »

Lors d’une représentation privée vendredi soir à Santa Monica, en Californie, le chanteur John Legend a discuté du drame qui s’est produit à Ferguson, dans le Missouri. Et il n’a pas mâché ses mots « Les Noirs ou les non-Blancs (de manière générale) sont tout simplement traités différemment dans ce pays », a-t-il déclaré au sein d’une salle abritant 150 personnes.

« Un des péchés originels de ce pays a été le racisme et l’esclavage. Et nous n’avons toujours pas trouvé de solution à ce problème. » a déclaré Legend lors d’une discussion sur scène avec le directeur KCRW Musique Jason Bentley dans les pauses. Étant donné l’actualité de cette semaine, il n’est pas surprenant qu’ils aient parlé de la fusillade mortelle de Michael Brown victime de la police.

« Nous avons donné à notre police ces armes qu’on utilise dans l’armée, et vous le savez, c’est un gâchis, »  a poursuivi le chanteur. « Mais ça avait déjà lieu avec Bull Connor dans les années 60, ça se faisait avec les lynchages bien avant les années 60, où tous les moyens étaient bons pour tuer les Noirs et sous-estimer la valeur de leurs vies ».

L’interprète a remarqué que, même aujourd’hui, les hommes noirs non armés sont régulièrement abattus. « C’est comme si toutes les 28 heures, quelques policiers ou justiciers tuaient un homme noir non-armé. Cela vous montre que nous avons encore un long chemin à parcourir, nous pourrions réduire ce taux de mortalité et j’espère que nous réussirons à le faire. »

L’artiste va rendre hommage à Marvin Gaye la semaine prochaine au sein du Hollywood Bowl, et Bentley lui a demandé s’il a l’impression que les chansons abordant les problèmes sociaux ont perdu leur place dans la société américaine.

John a répondu :  » Je pense qu’il y a moins d’urgence de nos jours. Ma théorie, c’est que le contexte fait la différence. En effet, quand n’importe quelle personne a le potentiel d’être envoyée au Vietnam. Ça donne à chaque jeune, un plus grand sentiment d’urgence à propos de ce qui se passe dans le domaine de la politique, ce qui se passe dans le monde ».

Il a poursuivi : « Maintenant que les gens qui choisissent de le faire le font, je pense que moins de jeunes se sentent liés aux décisions que les hommes politiques prennent. Donc, je ne dis pas que nous devrions avoir le même contexte. Je dis cela parce que comme nous ne vivons pas dans ce cadre, moins de gens ont ce sentiment d’urgence ».

Traduit par NegroNews via l’article http://www.huffingtonpost.com/2014/08/16/john-legend-ferguson_n_5683827.html?ncid=fcbklnkushpmg00000047

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook