• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • [POLITIQUE] MUTINERIE DANS PLUSIEURS CAMPS MILITAIRES EN CÔTE D’IVOIRE

[POLITIQUE] MUTINERIE DANS PLUSIEURS CAMPS MILITAIRES EN CÔTE D’IVOIRE

Selon Steve Beko, un des blogueurs les mieux informés sur la crise ivoirienne, une mutinerie a éclaté dans la nuit de dimanche à lundi, aux environs de 3h du matin dans plusieurs camps militaires de la capitale économique ivoirienne. Selon plusieurs sources, contactées par le Gri-Gri International, celle-ci serait partie du camp militaire d’Akouedo qui abrite l’élite de l’armée ivoirienne.
La veille, plusieurs positions stratégiques de la nouvelle armée ivoirienne créée par Ouattara en mars 2011, les FRCI (Forces Républicaines de la Côte d’Ivoire), dont un commissariat, avaient été attaqués à l’arme lourde faisant de nombreux morts. Une peur panique s’était emparée de la population qui craint le retour de la guerre avec son corollaire de souffrance.

Selon les brèves d’Abidjan, aux environs de 3h du matin, attaque du nouveau camp d’Akouedo sur la route de Bengerville par des mutins. Après plusieurs heures de combats, les insurgés réussissent à prendre le contrôle du camp mais ne font aucune revendication corporatiste. Les éléments du FRCI se déportent sur le lieu en masse. Les commandants Vetcho, Zakaria et Morou arrivent peu de temps après. Soro Guillaume confirme sur ses comptes twitter et facebook l’attaque du camp. À 8h, le périmètre du camp est bouclé et des hélicoptères de la mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire survolent le lieu. Des négociateurs de l’ONUCI se déploient et entament un dialogue de sourd avec les insurgés qui refusent d’entendre raison. Quelques heures plus tard, les FRCI auraient réussi à reprendre le contrôle du camp et les mutins dans leur fuite auraient pillé deux maisons environnantes appartenant à des magistrats.

Dans plusieurs communes d’Abidjan, dont Yopougon et Abobo, des hommes en armes non identifiés car encagoulés circulent à bord de voitures civiles. Des rafles générales sont organisées dans plusieurs communes de la capitale économique laissant clairement deviner que plusieurs exactions seront encore commises sur les populations civiles. Malgré le retour d’un calme précaire, la situation reste confuse et les populations sont terrées chez elles à la maison. Plusieurs tirs se font encore entendre dans la commune de Bengerville.

Sur la situation générale du pays, la violence continue à sévir depuis la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011 faisant des milliers de morts, et la circulation d’armes en tous genres, des ex-combattants mécontents de leur sort et des tensions ethniques toujours vives, en particulier dans l’Ouest, nourrissent des incidents parfois meurtriers.

(Avec Le Gri-Gri International)

[ad#ad-adsente-texte-1]

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video