• Accueil
  • >
  • PEOPLE
  • >
  • INSOLITE 
  • >
  • [INSOLITE] A CAUSE D’UN ACCOUCHEMENT IMMINENT, ELLE ÉCHAPPE AU CRASH D’AIR ALGERIE

[INSOLITE] A CAUSE D’UN ACCOUCHEMENT IMMINENT, ELLE ÉCHAPPE AU CRASH D’AIR ALGERIE

Rita Samhouidi revient de loin. Il y a un peu plus de deux semaines, cette burkinabé devait se rendre en famille dans son pays qu’elle a quitté il y a deux ans pour assister à la célébration des 50 ans de mariage de ses beaux-parents. Mais à cause d’un accouchement imminent, elle n’était pas dans l’état d’effectuer le long voyage. Elle est donc finalement restée à Longueil, pas loin de Montréal, avec sa fille de trois ans. Mais le reste de la famille Somda (5 personnes) n’aura pas cette chance d’être empêché. Ils ont donc tous embarqué pour aller assister aux réjouissances. Il s’agit de son mari Wilfrid Somda, qui vivait au Canada depuis deux ans, et qui n’avait pas encore la citoyenneté canadienne ; le frère de son mari, Winmalo Somda (établi depuis 5 ans), son épouse Angélique et leurs enfants Nathanael et Arielle, qui eux sont de nationalité canadienne. Une amie canadienne de la famille, Isabelle Prévost, une mère de trois enfants, s’est volontairement jointe à la délégation. On connaît la suite. Meurtrie, abattue, « déboussolée », en pleurs, Rita Samhouidi, qui a parlé pour la dernière fois à son mari alors qu’il était sur le point d’embarquer à Ouaga, a puisé dans ses forces pour se confier à une télévision canadienne (TVA Nouvelles), pour raconter son terrible drame. Voici son histoire transcrite par Afrique Connection.

COMMENT RITA A T-ELLE A APPRIS LA NOUVELLE?

« C’est par les médias que j’ai appris la nouvelle. La famille, elle, l’avait appris plus tôt que moi. Comme c’était encore le matin, on n’a pas voulu me réveiller. Dès que je me suis réveillée, je suis allée sur Facebook et j’ai trouvé qu’une amie avait déjà partagé l’information sur la disparition de l’avion. Je me suis dit que ce n’est pas possible. J’ai tout de suite allumé la télé, et j’ai effectivement eu la confirmation que l’avion avait disparu. C’est après cela que j’ai appelé la famille. On est resté en contact jusqu’au soir, et on a eu la confirmation qu’il n’y avait pas de survivants. On était resté en attente toute la journée, en se disant tant qu’il n’y a pas de confirmation, il y avait encore de l’espoir.
A lire également: « Les débris de l’avion sont d’une telle petitesse qu’on ne peut pas s’attendre à trouver grand-chose »

C’est un choc. On ne s’attendait pas à cela. La vie est ce qu’elle est, chacun est appelé à partir un jour, mais on ne s’attendait pas que cela se passe de cette façon, à ce qu’ils partent si tôt.
Wilffrid, son frère et sa femme sont des adultes, mais mes deux neveux de 5 et 7 ans sont vraiment des bébés. »

Wilfrid Somda et sa fille aujourd’hui âgée de 3 ans

« J’AI DEMANDE A CE QUE MA FILLE RESTE AVEC MOI »

« On était très proches avec la famille du frère de mon mari. Quand on est arrivés au Canada, on est restés quelque temps chez eux, le temps de nous installer. Après, ses enfants dormaient souvent chez nous. Ma fille aussi dormait parfois chez eux. Leur mère, Angélique, avait 32 ans. Son mari Winmalo, 37 ans. Mon mari, 31 ans, moi 32. Wilfrid et son frère étaient très proches.
A lire également: Un burkinabé résidant à Nantes perd 7 membres de sa famille dans le crash

Depuis plusieurs années, on avait prévu d’aller tous ensemble au pays fêter les 50 ans de mariage des parents de Wilfrid. Mais comme la date a trouvé que je suis en état de grossesse très avancé, je ne pouvais pas partir avec eux. Et comme je ne voulais pas non plus rester toute seule, j’ai demandé à ce que ma fille reste avec moi. J’ai dit que j’irai plus tard féliciter mes beaux-parents. On va évidemment partir, mais cette fois, ce sera pour une autre raison.
Isabelle Prevost, la meilleure amie à Angélique, a aussi voulu partir être de la fête, et en même temps faire la connaissance des parents. »

« QUAND MA FILLE ATTENDRA QUE SON PERE LUI RACONTE UNE HISTOIRE AVANT DE DORMIR ! »

« Des crashs d’avions, on en entend parler dans les médias. On sait que ça existe, mais jamais on a pensé que ça pouvait nous arriver. Jamais ! C’est assez difficile à réaliser. Mais je pense qu’avec le temps….
Quand je vais recommencer le travail et rentrer à la maison trouver qu’il n’est pas là, quand ma fille va commencer à demander son papa et dire, il faut qu’il lui fasse un bisou, lui raconte une histoire avant de dormir, c’est en ce moment que je vais réaliser qu’il n’est plus là.
Ma fille a 3 ans. Je lui en ai parlé, mais est-ce qu’il réalise vraiment ? Je lui ai dit que papa est parti au ciel avec les anges ; j’ai lui aussi dis qu’Arielle et Nathalie, avec qui elles étaient très proches, sont parties. Arielle est comme une sœur pour elle. C’est assez lourd pour elle, pour l’instant. C’est plus tard qu’elle va réaliser. Moi, je donnerai toute ma force pour que leur souvenir reste en elle. Et je ferai tout pour qu’elle devienne comme son père, qui était un homme généreux. Pour qu’elle puisse avoir ses valeurs, ses principes.

Source : http://afriqueconnection.com/article/27-07-2014/%C3%A0-cause-dun-accouchement-imminent-elle-%C3%A9chappe-au-crash-dans-lequel-p%C3%A9ri-son-mari-et-quatre-autres

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video