ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE CONTINENTALE AFRICAINE

Quarante-quatre pays africains ont signé un accord établissant une zone de libre échange considérée comme vitale pour le développement économique du continent, a annoncé mercredi le chef de l’Union africaine.

 

La création d’une zone de libre-échange – la plus grande au monde en termes de pays participants – intervient après deux ans de négociations, et constitue l’un des projets phares de l’UA pour une plus grande intégration africaine.

 

« L’accord portant création de la CFTA (Zone de libre-échange continentale africaine) a été signé par 44 pays », a déclaré Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’UA.

 

Cependant, l’accord devra encore être ratifié au niveau national et ne devrait entrer en vigueur que dans 180 jours.

 

Le Nigeria est notamment absent des signataires après que le président Muhammadu Buhari s’est retiré du lancement de cette semaine au Rwanda en disant qu’il avait besoin de plus de temps pour des consultations à domicile.

 

L’un des plus grands marchés d’Afrique, le Nigeria a hésité après les objections des chefs d’entreprise et des syndicats – un signe que l’obtention de l’accord par des dizaines de parlements nationaux peut faire face à plusieurs obstacles.

 

« Certains pays ont des réserves et n’ont pas finalisé leurs consultations nationales, mais nous aurons un autre sommet en Mauritanie en juillet où nous attendons des pays avec des réserves qu’ils signent aussi », a déclaré Albert Muchanga, Commissaire du Commerce et de l’Industrie de l’UA.

 

Cependant, d’autres puissances économiques, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Maroc, l’Egypte, l’Ethiopie et l’Algérie – connus pour leurs politiques protectionnistes strictes limitant les importations et les exportations – ont signé l’accord.

 

Si les 55 membres de l’Union africaine adhèrent finalement, cela créera un bloc avec un PIB cumulé de 2,5 billions de dollars (2 000 milliards d’euros) et couvrira un marché de 1,2 milliard de personnes.

 

Actuellement, les pays africains ne réalisent qu’environ 16% de leurs affaires entre eux, le plus petit volume de commerce intra-régional comparé à l’Amérique latine, l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Europe.

 

Et avec des tarifs moyens de 6,1 pour cent, les entreprises paient actuellement des tarifs plus élevés lorsqu’elles exportent en Afrique que lorsqu’elles exportent à l’extérieur, selon l’UA.

 

« Si nous supprimons les douanes et les droits d’ici 2022, le niveau du commerce intra-africain augmentera de 60%, ce qui est très, très significatif », a déclaré M. Muchanga à l’AFP dans une interview avant le sommet.

« Pas de place pour les faibles »

 

Les partisans de l’accord affirment que les économies africaines sont trop petites pour soutenir la diversification économique et l’industrialisation par elles-mêmes et bénéficieront d’une plate-forme unifiée pour négocier des accords commerciaux avec les pays les plus riches.

 

La «CFTA fera de l’Afrique l’une des plus grandes économies du monde et renforcera sa capacité à interagir sur un pied d’égalité avec les autres blocs économiques internationaux», a déclaré M. Faki dans un discours avant la cérémonie de signature.

« Le monde change et évolue à grande vitesse, la compétition internationale est féroce, elle ne laisse aucune place aux faibles ».

Cependant, les critiques mettent en évidence une pénurie de routes et d’autres infrastructures reliant différents pays africains, ainsi que le fait que de nombreux pays ne fabriquent pas de biens que leurs voisins pourraient vouloir importer, comme des défis à l’accord.

Sola Afolabi, un consultant en commerce international basé au Nigeria, a déclaré à l’AFP le fait que les blocs commerciaux régionaux existants ne fonctionnaient pas, devrait être un drapeau rouge.

« S’il n’y a pas de récompense pour la conformité et qu’il n’y a pas de punition pour non-conformité, alors ce sera un très bon accord sans dents ni jambes », a-t-il dit.

Briser la tendance

Faki a reconnu que les Africains « ont vu tant de proclamations rester lettre morte, tant d’engagements sans exécution pratique qu’ils en sont venus à douter de la force de notre engagement ».

 

Il a appelé à une rupture de cette tendance, appelant à un accord qui «doit confondre ceux qui, hors d’Afrique, continuent de penser – avec une condescendance à peine dissimulée – que nos décisions ne se concrétiseront jamais».

La ZLEC est un élément clé du plan de développement à long terme de l’UA, l’Agenda 2063, qui appelle à faciliter le commerce et les voyages à travers le continent.

Lors de son dernier sommet en Éthiopie en janvier, les États membres de l’UA se sont mis d’accord sur un marché commun du transport aérien qui pourrait faire baisser les tarifs aériens, ainsi que des plans de voyages sans visa pour les Africains à travers le continent.

Également mercredi, 27 pays ont signé le protocole d’accord sur la libre circulation des personnes à travers le continent.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook