• Accueil
  • >
  • ENVIRONNEMENT
  • >
  • Au Zimbabwe, la sécheresse a tué 200 éléphants du parc de Hwange en seulement deux mois

Au Zimbabwe, la sécheresse a tué 200 éléphants du parc de Hwange en seulement deux mois

Au Zimbabwe, pays confronté à une âpre saison de sécheresse, le changement du climat ne fait pas que réduire les récoltes dans le pays, mais aussi participe à la disparition des animaux. En moins de deux mois, plus de 200 éléphants ont disparu, selon les informations données par l’Autorité zimbabwéenne de gestion de la faune sauvage et des parcs nationaux.

Selon porte-parole de l’institution, Tinashe Farawo, « presque tous les animaux sont touchés et que les animaux comme la girafe, le bison et l’impala meurent également. La situation ne pourra s’améliorer qu’après le retour des pluies ». Pour lui, la pluie est le seul moyen pour avoir une forêt remplie d’herbe et arbre, afin que les animaux puissent y mieux vivre. M. Farawo, explique : « Les éléphants sont facilement remarquables lors des patrouilles ou des safaris, mais certaines espèces d’oiseaux sont sérieusement affectées, car elles ne peuvent se reproduire que dans certaines hauteurs d’arbres et ces arbres sont abattus par les éléphants ».

L’Afrique australe vit depuis quelque temps dans une sécheresse qui s’élargit de jour en jour. D’après l’ONU, ce sont à peu près 7,7 millions de personnes qui seront menacées par la famine d’ici au mois janvier au Zimbabwe, soit près de la moitié de sa population. La crise économique du Zimbabwe affecte énormément l’espèce animale. Le manque d’argent dans la caisse de l’Etat conduit, la population zimbabwéenne à vivre dans une misère « qui ne dit pas son nom » et empêche les protecteurs d’assurer la reproduction des animaux et de veiller sur leurs survies.

En attendant une meilleure solution, les autorités zimbabwéennes ont décidé alors de faire partir une grande quantité de ses principales réserves d’animaux sauvages dans le sud-est du pays. Sur la liste de l’embarquement, 600 éléphants, deux meutes d’entre cinq et dix lions, des chiens sauvages, 50 buffles, 40 girafes et 2 000 impalas qui seront évacués de la réserve de Save Conservancy et relogés dans trois autres sites au sud du Zimbabwe.

Awa TRAORÉ

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook