• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • ZIMBABWE : LA CHINE TIRERAIT – ELLE LES FICELLES DANS L’OMBRE ?

ZIMBABWE : LA CHINE TIRERAIT – ELLE LES FICELLES DANS L’OMBRE ?

Une visite du commandant de l’armée zimbabwéenne Constantino Chiwenga en Chine ne serait normalement pas considérée comme inhabituelle, compte tenu du statut de Pékin en tant que principal investisseur étranger et allié de longue date du Zimbabwe.
Mais quelques jours après que Chiwenga soit revenu de la Chine et après y avoir rencontré des hauts responsables militaires chinois, Harare a été plongé dans le chaos politique alors que l’armée zimbabwéenne – dirigée par Chiwenga – a pris le contrôle et placé le président Robert Mugabe en résidence surveillée.

Dans ce contexte, la visite de Chiwenga en Chine a fait l’objet d’un examen minutieux, avec des spéculations selon lesquelles il aurait demandé l’approbation tacite de Pékin pour une éventuelle action contre Mugabe.
La présence de la Chine au Zimbabwe remonte dans les années 70, lorsque Pékin fournissait secrètement des munitions et un financement aux forces de guérilla de Mugabe pendant la guerre d’indépendance du pays. Dans les années qui ont suivi, la Chine a continué à fournir un soutien financier et politique au Zimbabwe, investissant massivement dans divers secteurs et contribuant à développer des projets d’infrastructure clés.

« Depuis que Mugabe a pris le pouvoir, il a toujours été soutenu par le gouvernement chinois, la Chine est devenue le deuxième partenaire commercial du Zimbabwe et a considérablement investi dans le pays », a déclaré Wang Xinsong, professeur associé à l’Ecole Normale de Développement Social et de Politique Publique. La Chine serait très réticente à voir le Zimbabwe se diriger vers une phase d’instabilité sociale et de troubles politiques, a t-il ajouté.
Mais la plupart des observateurs disent qu’il n’y a aucun moyen de savoir à quel point la Chine était impliquée dans le coup d’état, ou si elle avait reçu des renseignements à ce sujet. Cobus Van Staden, chercheur principal en politique étrangère à l’Institut sud-africain des affaires internationales, a décrit la possibilité comme étant une «question à un milliard de dollars».

« Le fait qu’il y ait eu ce genre de visites à Pékin juste avant (le coup d’Etat) semble certainement indiquer quelque chose, mais qui sait ce que c’était? »
Durant le voyage de Chiwenga en Chine, il a rencontré le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale qui a confié à Constantino Chiwenga que le Zimbabwe et la Chine sont des « amis de tous les temps ».
Il a également rencontré le ministre chinois de la Défense, le général Chang Wanquan, le 10 novembre à Beijing.
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lors d’un point de presse jeudi que la visite n’était qu’un « échange normal entre militaires ».

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook