• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • « WE ARE HUMAN », UN FILM QUI LUTTE CONTRE LA XÉNOPHOBIE ENTRE AFRICAINS

« WE ARE HUMAN », UN FILM QUI LUTTE CONTRE LA XÉNOPHOBIE ENTRE AFRICAINS

Cette semaine aura lieu à New-York une cérémonie de récompenses sponsorisée par l’ONU pour des films qui abordent le thème des migrants. Un film a retenu notre attention, car il traite d’un sujet dont on ne parle pas assez, il s’agit de la xénophobie (c’est-à-dire la haine de l‘étranger) qui existe parfois entre Africains. Il s’appelle We are Human.
Ce court-métrage a été réalisé par l’activiste Sophie Kanza. Elle lutte contre la xénophobie avec sa fondation en faisant travailler ensemble sur des projets des jeunes sud-africains avec des jeunes africains de la diaspora, pour qu’ils apprennent à mieux se connaître.

Sophie est de la RDC, mais a émigré en Afrique du Sud il y a plusieurs années avec ses parents. Et elle a subi des discriminations de la part surtout des Sud-Africains Noirs.
Pour lutter contre cette xénophobie, 2 solutions selon elle : l‘éducation et les voyages.

“Afrophobie ?” “Xénophobie ?” “Racisme entre Noirs ?” Un “Noir” déjà bien “noir” qui massacre un “étranger” sous prétexte qu’il aurait la peau trop sombre : la haine de soi par excellence ? Mais bien sûr, c’est tout cela en même temps !

Aujourd’hui, la distance est superflue. Pour tuer “ces étrangers-là”, il nous faut être le plus près possible de leur corps, que nous entreprenons alors d’enflammer ou de disséquer, chaque coup ouvrant une énorme blessure impossible à soigner. Et si jamais elle venait à être soignée, elle est conçue pour laisser sur “ces étrangers-là” le genre de cicatrice qui ne s’efface jamais.

Aucun Africain n’est un étranger en Afrique ! Aucun Africain n’est un immigré en Afrique ! Nous avons tous notre place en Afrique, et peu importent nos aberrantes frontières nationales. Et aucun national-chauvinisme, aussi effréné soit-il, n’y pourra rien. Et toutes les expulsions, aussi nombreuses soient-elles, n’y pourront rien. Au lieu de répandre du sang noir, comme c’est souvent malheureusement en Afrique du Sud, nous devrions tous nous atteler à la reconstruction de ce continent, et faire sortir l’Afrique de sa longue histoire douloureuse – pour en finir avec cette histoire qui depuis trop longtemps voudrait, quelle que soit l’époque, quel que soit l’endroit, qu’on ait tort d’être noir.

Ce film met en lumière la problématique des migrants africains sur le sol africain. Et on se rend compte que finalement les Africains vivent sur le même continent, mais ne se connaissent pas tant que ça. Et ce manque de connaissances conduit parfois à de la xénophobie, un sujet qui malheureusement est rarement abordé par les gouvernements africains.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook