VINCENT KOMPANY, LA SUPERSTAR DE FOOTBALL OBTIENT SON MBA

Vincent Kompany a gagné de nombreux titres et honneurs durant sa carrière de football mais le dernier titre du capitaine de Manchester City est parmi l’un de ses plus grands accomplissement : Il s’agit d’un « Master en administration des affaires ».

Âgé de 31 ans, il a étudié à mi-temps pendant 5 ans à l’Alliance Manchester Business School. Il a obtenu son MBA en 2017 et n’a aucun doute sur le fait que cela l’a rendu meilleur aussi bien en tant qu’homme d’affaires qu’en tant qu’individu.
“J’ai commencé comme une personne qui s’en va en guerre muni uniquement de son poing explique Kompany qui dit cela, pour mettre en avant à quel point il n’était préparé. Il réalisa assez tôt qu’il était « dépassé » quand le sujet traitait de financements d’entreprise. « J’ai dû faire des recherches sur le cours avant même de pouvoir le commencer », dit-il en souriant. « C’est décourageant quand tu dois regarder le titre d’un livre avant de pouvoir l’ouvrir. Mais avec l’implication d’un athlète professionnel et l’aide de ses tuteurs il a « appris à apprendre ».

Saisir et comprendre le langage technique fut une partie intégrante du challenge. « C’est de la terminologie surtout. Si tu discutes avec un expert-comptable à propos de son domaine de compétences, c’est ahurissant. J’étais vite largué » .

Vincent Kompany est défenseur central et mesure presque 1m93. Cela peut être une position désavantageuse à laquelle jouer mais sa force, avec sa rapidité est son calme, sa manière d’appréhender une situation pour laquelle il faut intervenir avant que cela devienne désespéré.
Son apparence détendue à jouer devant 50.000 fans et des millions de téléspectateurs n’est pas une illusion, dit-il. « Tu sais que si tu es vraiment bon à quelque chose et que tu sais que tu t’es entraîné pour cela toute ta vie, tu te sens dans ton élément».
“En fait, faire quelque chose face à un très petit public, alors que ce n’est pas dans vos habitudes… Je trouve cela beaucoup plus intimidant que de jouer devant un large public. C’est ce que le MBA m’a forcé à faire. »
« Ce processus de constante évolution est quelque chose que je garderai en moi pour le restant de mes jours, » dit-il.
Il a commencé à jouer à l’académie d’Anderlecht à Bruxelles à l’âge de 6 ans, donc le football lui est venu facilement – mais étudier, ça c’était difficile. A-t-il pensé à abandonner ? « Oui, plusieurs fois » dit-il.

Le footballeur est né à Uccle, à Bruxelles en 1986. Son père est un activiste venant du Zaïre qui est maintenant la République Démocratique du Congo, dont il a fui le dictateur Mobutu. Sa défunte mère était membre d’une organisation syndicale. Avec l’insistance de ses parents, il a ignoré des offres de certains des plus grands clubs d’Europe et dans son club à Anderlecht afin de passer ses examens de fin d’année.
Après une blessure, certaines de ses offres ont été rétractées et il fut finalement acheté par Hambourg, un club allemand de première division, en 2006. Deux ans plus tard, il rejoint Manchester City, juste avant que le club soit repris par le Cheikh Mansour de la famille princière d’Abu Dhabi. Un club qui n’a pas gagné la ligue depuis 1968 mais qui est depuis, devenu l’un des clubs les plus riches d’Europe.

Résultat de recherche d'images pour "vincent kompany manchester city"

Il est dans le club depuis 2008 et il a survécu à quatre managers, plusieurs blessures et a remporté deux championnats, deux Coupe de la ligue anglaise et une FA Cup. Il est également le capitaine de l’équipe nationale de Belgique. Son prochain challenge personnel est d’apprendre l’espagnol, la langue parlée par son manager Pep Guardiola. « Surmonter des défis est quelque chose de vital pour moi. J’en ai besoin».
Il a été en discussion avec des écoles de business en Belgique, en Allemagne et en France mais elles ne pouvaient pas lui offrir la flexibilité nécessaire pour allier, son exigeante carrière. Le MBA à mi-temps de Manchester est basé sur de l’étude personnelle, des cours magistraux et séminaires groupés en bloc quoi permettent aux cadres supérieurs et aux footballeurs d’avoir le temps de pouvoir suivre. Vincent Kompany explique que les professeurs ont été compréhensifs et ont fait en sorte qu’il n’échoue pas parce qu’il manquait une échéance ou un séminaire à cause d’un match. On lui a également accordé plus de temps que les deux années normalement allouées afin qu’il puisse terminer le programme. « Il y avait une approche générale qui te poussait à vouloir réussir. Cependant, ce ne fut pas facile… Mais il y avait assez pour dire OK, tu fais des progrès, on remarque que tu évolue. Et cela avec une certaine aide aux moments opportuns ».
“Tout le monde à Manchester a, en général, un esprit positif, cela était également le cas pour l’université », explique-t-il.

Xavier Duran, chef intérimaire des programmes MBA à l’Alliance Manchester, explique que des étudiants sans bac ont pu accéder à ce cours, c’était un grand pas en avant. « On essaye de sélectionner des personnes venant de tous horizons et avec des parcours de vie différents. »
Le fait que Vincent Kompany ait déjà démontré ses compétences de leadership sur et en dehors du terrain fut en sa faveur. Le cours utilise la ‘méthode Manchester’, qui a pour but de permettre un apprentissage en situation concrète. Ce qui demande beaucoup d’autonomie et de travail personnel.

Résultat de recherche d'images pour "VINCENT KOMPANY mba"

Le MBA l’aidera à développer sa carrière dans les affaires, une fois qu’il aura terminé avec sa carrière de footballeur. Vincent Kompany dit avoir connu le succès et qu’il a appris de ses échecs, en particulier, avec sa chaîne de bars sportifs en Belgique. L’inexpérience et l’enthousiasme l’ont mené à dépenser sans compter pour les bars. Les revenus n’ont pas été suffisant et il a fait l’erreur de ne pas prendre en compte les frais généraux tels que les baux, le stock et les frais de personnel. Il a perdu deux millions de livres. Les deux bars ont fermé, un an après. Il a appris beaucoup en ce qui concerne la responsabilité, « avoir à gérer tout cela tout en restant un bon être humain. Tu ne veux pas licencier qui que ce soit ou avoir un impact sur d’autre business qui pourrait les mener à la faillite ou encore poser des problèmes à des familles ».

Image associée

Bar « Good Kompany »

Le MBA l’aidera également à présenter un business plan approprié et à anticiper l’inattendu la prochaine fois, dit-il. Son agence Bonka Circus, une agence publicitaire et de communication en Belgique, s’est mieux développée. Kompany a investi dans l’agence en 2011 quand celle-ci est devenu une agence engendrant des profits plutôt qu’une entreprise non lucrative. Le chiffre d’affaire est de plus de 5 million d’euros. « J’en suis fier parce que cette entreprise est partie de rien, ce qui est d’ailleurs une bonne chose pour un nouveau départ, » dit-il.

Son conseil est de trouver les bonnes personnes et de les récompenser avec des parts dans un business plutôt que de leur donner de gros salaires trop tôt.
« Le succès de Bonka Circus, c’est grâce aux collaborateurs. Tu trouves les bonnes personnes, tu les motives et tu les diriges dans la bonne direction, après cela ou à un certain stade, s’ils travaillent vraiment bien, tu es sur la voie du succès.
Les personnes qui font des affaires sont souvent désireux d’apprendre du sport et Kompany dit qu’il y a des similitudes. Etre capitaine c’est comme de la gestion intermédiaire », dit-il. « Tu es capitaine mais tu n’as pas vraiment de pouvoir sur quelqu’un. C’est une façon plutôt difficile de devenir un dirigeant parce que tu n’as pas d’outils à exploiter ». Il a appris comment traiter avec différents joueurs. Certains réagissait mieux aux reproches et d’autres mieux à une main sur l’épaule.

CV :
1986, né à Bruxelles
1992, rejoint l’académie d’Anderlecht de football
2003, il fait ses débuts à Anderlecht, gagne la ligue belge durant la saison 2003/04
2004, début en Belgique
2006, il rejoint Hambourg SV
2008, il quitte Hambourg pour Manchester City
2011, il épouse une fan de Manchester City fan Carla Higgs. Ils ont trois enfants
2012, Manchester City gagne son premier titre de league en 44 ans. Il commence son MBA Global à mi-temps à l’Alliance Manchester Business School
2013, il achète un club belge de troisième division et le renomme BX Brussels, il fait cela pour offrir des opportunités à des quartiers défavorisés de la ville de Bruxelles
2014 il met en place Good Kompany, une chaine de bars sportifs, en Belgique. Ils ferment un an plus tard. Il est ambassadeur de SOS Villages pour enfants, une association qui vient en aide aux enfants qui ne peuvent vivre avec leurs familles.
2017, il reçoit son diplôme et donc obtient son MBA

Résultat de recherche d'images pour "vincent kompany mba"

La dissertation finale de Kompany pourrait aider certains business, dit-il. Il a examiné le lien entre la forme physique des athlètes et leurs performances lorsqu’ils jouent à l’extérieur et à domicile. Il a demandé à des footballeurs de référence qu’est-ce qu’ils leurs permettent de jouer bien chez eux et qu’est-ce qu’ils les intimident lorsqu’ils jouent à l’extérieur. Jouer dans les mêmes stades fut souvent évoqués, pour jouer dans une bonne atmosphère, cela inclut Dortmund, qui abrite le plus haut terrain de football ainsi que le Celtic Park à Glasgow. Il dit que ces clubs ont les tickets les moins chers du marché et ont une relation très proche avec leurs villes et les supporters. Peu étaient dans la Premier League, observe-t-il. Le business pourrait permettre de créer une ‘forteresse’ dans leurs institutions qui rassemblerait les gens qui partages des « objectifs communs ».

Vincent Kompany qui fait carrière dans le football depuis 25 ans, explique que tout quitter complètement ce serait comme devenir médecin et abandonner la médecine à la trentaine.
Il est déjà dirigeant, avec sa sœur, d’un club communautaire à Bruxelles qui aide des enfants de quartiers défavorisés, afin qu’ils évitent de s’attirer des ennuis ainsi que pour les aider à surmonter les obstacles et préjugés raciaux.

L’enfant de réfugié africain, qui vit son rêve en Europe grâce au football, semble vouloir préserver quelque chose de cet esprit idéaliste. Bien que Kompany soit capable de rigoler à propos du fait qu’il soit l’une de rare personne à faire un MBA et qui probablement gagnera moins après. Il est dit qu’il reçoit un salaire de base de plus de 6 million de livres sterling par an. Mais une longue retraite serait son ‘pire cauchemar’. “Je préférais abandonner une grande partie de ma richesse, si cela me garantit que je peux continuer de travailler pour le restant de mes jours.”

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook