VEOLIA OFFICIELLEMENT CONGÉDIÉ PAR LE GABON

Le groupe français Veolia exerce au Gabon depuis une vingtaine d’années via sa succursale gabonaise SEEG (société d’énergie et d’eau du Gabon).
Aux dernières nouvelles L’Etat gabonais vient officiellement de déloger Veolia de ses fonctions, d’une manière peu banale et assez musclée.
La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) réquisitionnée
Le 16 février dernier le gouvernement gabonais passe à l’action, en réquisitionnant les locaux de la filiale gabonaise de Veolia.
La raison officielle annoncée est «  la dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’état non suivis des effets escomptés et les plaintes récurrentes des populations « .
La descente des forces de l’ordre et qui n’y sont visiblement pas allés avec le dos de la cuillère a été qualifiée de brutale et excessive par les représentants de Véolia pour mettre un terme à cette collaboration qui en réalité ne tient plus qu’à un fil depuis assez longtemps pour les gabonais insatisfaits de la qualité de service imposée par le prestataire.
En effet nul ne peut ignorer les délestages et récurrentes coupures d’eau devenus le lot quotidien de la population gabonaise cette situation de précarité énergétique est donc au coeur de la tension entre le Gabon et Veolia qui de son côté s’estime spoliée et victime d’un système aux failles qui devrait serieusement être remis en cause.
Les dessous d’une alliance fragile
En mars 2017, l’Etat gabonais reconduit le contrat de Véolia pour 5 ans et ce malgré l’opinion négative de la population et du gouvernement réunis.
Pourquoi le Gabon a t-il jugé utile de conserver le groupe français dans un contexte aussi néfaste aux précédents désastreux ?
Cette question reste toujours en suspens pendant que la société acculée se défend en mettant au clair les rôles de chaque partie, en toute objectivité, il est de toute évidence nécessaire de préciser que les installations de base qui semblent défectueuses comme les centrales et les barrages sont du ressort de l’état et non de Véolia…
Suite à cette friction mouvementée, le 19 février la sentence du gouvernement contre le groupe Veolia n’a pas bougé d’un iotat, le ministre de l’eau de de l’energie Patrick Eyogo Edzang décide à ses risques et périls d’assurer lui même la distribution d’eau et d’électricité jusqu’à nouvel ordre. Après l’éviction effective d’Antoine Boo ancien directeur, le gabonais Marcellin Massila Akendengue prend les rênes de la SEEG.
Dans l’espoir qu’avec cette mesure pour le Gabon que la lumière soit…
Mrs Prue

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook