• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • USA : CONDAMNÉ À TORT, IL EST LIBRE APRÈS 23 ANS DE PRISON

USA : CONDAMNÉ À TORT, IL EST LIBRE APRÈS 23 ANS DE PRISON

Alors qu’il n’avait que 17 ans, il avait été condamné à purger deux peines de prison à vie sur la base du témoignage de personnes qui s’étaient par la suite rétractées.
Lamonte McIntyre a embrassé sa mère ce vendredi 13 octobre pour la première fois en tant qu’homme libre après avoir passé 23 ans derrière les barreaux d’une prison américaine à la suite d’une erreur judiciaire.

Le quadragénaire aura passé 23 ans derrière les barreaux pour un crime qu’il n’a pas commis. Vingt-trois ans pendant lesquels Lamonte McIntyre se sera battu pour faire valoir son innocence. Cet Américain de 41 ans, originaire du Kansas, dans le centre des États-Unis, a été libéré de prison vendredi à la suite d’une erreur judiciaire. Entouré de médias et de soutiens, Lamonte McIntyre a donc pu embrasser sa mère pour la première fois en tant qu’homme libre après ces 23 années.

Le bureau du procureur de l’époque n’avait présenté aucun élément de preuve physique pouvant démontrer un lien entre Lamonte McIntyre et les deux meurtres. Alors que le dossier était en train d’être réexaminé par un juge, le procureur du comté de Wyandotte Mark Dupree, désormais en charge de l’affaire, a fait état vendredi de nouvelles informations jetant un doute sur l’implication de Lamonte McIntyre.
« À la lumière des informations reçues par mon bureau », celui-ci « demande à la Cour de constater l’existence d’une injustice manifeste », a indiqué le procureur dans un communiqué.

Les premiers enquêteurs n’ont jamais émis de mandat de perquisition, ni découvert de lien probant entre Lamonte McIntyre et les victimes, selon le Washington Post.
« L’enquête a été hâtive et superficielle », a estimé l’organisation Midwest Innocence Project, qui a aidé à la libération de l’homme qui a toujours clamé son innocence.
L’organisation Injustice Watch a rapporté que les premiers mots de Lamonte McIntyre vendredi avaient été: « C’est bien d’être dehors ».

Au regard de la dynamique de la justice américaine qui confère un grand pouvoir au ministère public constitué de la police et du procureur dont les enquêtes et procédures sont empreintes de minutie et d’objectivité pour la plupart des cas, considérant le temps d’incarcération, 23 ans d’emprisonnement, de Lamonte McIntyre, il y a matière à s’interroger sur les véritables mobiles de cette longue, infamante et arbitraire incarcération.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook