• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • TUTU : LA JOCONDE AFRICAINE ACHETÉE POUR 1,3 MILLIONS D’EUROS AUX ENCHÈRES

TUTU : LA JOCONDE AFRICAINE ACHETÉE POUR 1,3 MILLIONS D’EUROS AUX ENCHÈRES

Peinte en 1974 par l’artiste Ben Enwonwu, « Tutu » avait disparu depuis près de 40 ans. La princesse représentée sur un tableau du peintre Ben Enwonwu, a été retrouvé dans un appartement londonien a été vendue aux enchères à Londres, le 28 février pour la coquette somme de 1,2 million de livres (près de 1,3 million d’euros) mercredi 28 février alors qu’elle était estimée entre 200 000 et 300 000 livres. Il l’aurait gardé accroché dans son studio jusqu’à l’année de sa mort, en 1994.

En 1974, il en peint deux autres versions pour éviter de vendre la première car il avait un attachement sentimental au tableau, car il était secrètement amoureux de son modèle la princesse Adetutu Ademiluyi. Ben Enwonwu a peint la jeune femme avec un regard lointain, un turban mauve et un drapé indigo retombant sur la tête, et un halo de lumière sous le menton.

Pour le Nigeria, cette découverte est de taille, car, comme l’a dit la célèbre romancière nigériane Chimamanda Ngozie Adichie, l’art d’Enwonwu fait partie de « l’identité nationale ». En effet cette représentation d’une princesse yoruba, par un artiste igbo, est devenue un symbole de la réconciliation nationale. De 1966 à 1970, le Nigeria a été déchiré par la guerre civile entre les indépendantistes igbos revendiquant la création d’une république au Biafra, dans le sud-est du pays, et les forces fédérales.

Reproduit plusieurs milliers de fois, sur toile ou sur papier, ce tableau d’une rare intensité est très vite devenu le symbole de l’art et de la beauté nigériane. Perdue de vue après avoir été exposée pour la dernière fois en 1975 l’oeuvre a été retrouvée par un directeur d’art moderne du nom de Gilles Peppiatt. 

« Je suis entré dans cet appartement londonien et je l’ai vu accroché au mur, c’était à peu près la dernière chose que je m’attendais à voir […] dès que je l’ai vu, j’ai su qu’il était authentique mais je ne pouvais pas le dire aux propriétaires parce que vous ne pouvez pas sortir ça comme ça », a-t’il déclaré.

Le portrait, exposé pour la dernière fois à l’ambassade d’Italie à Lagos en 1975, avait été acheté par le père de famille lors d’un voyage d’affaires selon les propriétaires.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook