TUÉ SANS VERGOGNE PAR UN FOURGON DE LA POLICE FRANÇAISE

TUÉ SANS VERGOGNE PAR UN FOURGON DE LA POLICE FRANÇAISE

Dimanche dernier 29 avril 2018 vers 13 heures à la rue Carnot, à Versailles (Yvelines) Ismaël Bocar Deh, sénégalais vivant en France, vendeur à la sauvette a été violemment percuté par une voiture de patrouille à ses trousses. Ce mardi à l’hôpital Pompidou de Paris. La victime a succombé à ses blessures.

Selon le site du journal français Le Parisien, Ismaël Deh âgé de 60 ans tentait d’échapper aux agents de la police qui le poursuivaient. La même source indique que c’est en essayant de traverser la rue qu’il a été écrasé par la voiture de patrouille. Transporté d’urgence à l’hôpital Pompidou, avec un pronostic vital engagé, il avait trois côtes cassées, la jambe fracturée et un traumatisme crânien.

Les policiers se permettent de dire que c’est un accident, qu’Ismaël est arrivé brusquement, et que le conducteur n’a pas eu le temps de freiner. C’est déplorable, car la famille, les proches, et notamment les autres vendeurs témoins à côté desquels il travaillait, contestent la version des faits. « Mais ils sont aussi sans-papiers…c’est compliqué » indique le neveu du défunt.

Vendeur à la sauvette, Ismaël vendait des articles à l’effigie de la Tour Eiffel et des parapluies, il a été pris en chasse par des policiers qui voulaient l’interpeller. Étant sans papier malgré ses 18 années passées en France – dont près de 17 à faire la vaisselle à Cannes, il a tenté de les semer, les souvenirs de 2008, où il avait failli être expulsé après un séjour forcé en centre de rétention le hantaient encore. Il ne voulait pas y retourner. Il a donc couru, avec à ses trousses deux agents à pieds et un fourgon. En traversant la rue pour changer de trottoir, le malheureux, père de 8 enfants a été percuté brutalement par le fourgon.

Comme ils aiment le dire, une enquête a été ouverte pour clarifier la circonstance de décès d’Ismaël Deh. « Il n’y aura aucune justice pour lui comme il n’y en a pas eu pour zied et Bouna les immigrés africains, maghrébins » déplore un membre de la famille. Vivement, que justice sois faite et que son âme repose en paix.
Il sera enterré au Sénégal après l’autopsie.

DUNAMIS ADJIGO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook