• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • Troy Deeney aux dirigeants de l’UEFA : « Il faut être ferme et drastique avec les racistes »

Troy Deeney aux dirigeants de l’UEFA : « Il faut être ferme et drastique avec les racistes »

Régulièrement victime d’actes de racisme sur le terrain et en dehors des stades notamment sur les réseaux sociaux, Troy Deeney, le footballeur anglais de 31 ans, suggère que l’UEFA doit sanctionner, dans l’immédiat, les supporters proférant des injures racistes au lieu d’appliquer la politique des trois étapes. Ce règlement stipule qu’un match ne peut être interrompu que si les supporters ont été avertis par deux fois dans le passé.

« C’est plus sur des photos de vos enfants, des photos de votre partenaire. Les gens écrivent ‘’tu es noir, tu es tel… ’’, ‘’tu es un singe’’ », « C’est très difficile à gérer » a expliqué le capitaine du Watford qui a confié devoir « chaque fois supprimer au moins six à dix commentaires ». Après la victoire de son club en demi-finale de la FA Cup contre les Wolves en avril dernier, le joueur a dû, en effet, supprimer des commentaires sur ses comptes de médias sociaux  parce que le flot d’insultes était continu selon ces propos. « Si nous ne changeons pas ce que nous faisons, les enfants qui nous regardent finiront pas croire que c’est une situation normale » a-t-il averti.

Récemment, il y a eu des incidents racistes dans le football, en l’occurrence des joueurs anglais, victimes d’abus de la part des supporters, lors d’un match de qualification pour l’Euro 2020 contre la Bulgarie à Sofia, le 15 novembre. Le match avait été arrêté deux fois suivant le protocole en vigueur existant de l’UEFA. Mais les joueurs avaient ignoré les injures et continué à jouer la rencontre. La Bulgarie a été condamnée à payer une amende qui s’élève à 65 000 livres-sterling (75 362 euros) et à jouer deux matchs à huit-clos.

Le « Kick It Out », une organisation caritative anti-discrimination s’est dernièrement insurgé contre les actes à caractère raciste, déclarant qu’elle « était déçue, mais pas étonnée » de ce genre d’agissements. Troy Deeney pense, quant à lui, qu’il y doit y avoir des sanctions plus sévères parce que les amendes ne peuvent pas dissuader des auteurs de tels actes. Et il faut une autre méthode pour les amener à agir plus correctement. Il fait partie de la campagne « Nous » de Watford qui s’attaque au racisme dans le football et donne aux supporters un moyen d’identifier les auteurs d’abus sur les médias sociaux.

Harris Djiro

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook