• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Tourisme international : Les femmes noires ne sont pas les bienvenues partout

Tourisme international : Les femmes noires ne sont pas les bienvenues partout

Avec les nombreuses agences de voyage qui offrent plusieurs formules de voyage et différentes modalités de paiement, de plus en plus de femmes donnent libre cours à leur envie de découvrir d’autres pays. Cependant, les femmes Noires qui souscrivent à ce nouveau loisir, font la plupart du temps l’objet de racisme. « J’aime découvrir le monde, mais le sentiment n’est pas réciproque. Il y a un décalage entre ce qu’on montre du voyage et la réalité, qui est qu’en tant que femmes noires, certaines parties du monde peuvent être moins, voire pas accessibles pour nous », s’exclame Clémence, une youtubeuse qui a pour passion la découverte d’autres pays.

Victimes de racisme

Même si les médias n’en parlent pas assez, de nombreuses femmes se retrouvent dans le même cas que Clémence. Titia avait effectué un voyage avec son copain blanc en Inde en 2018. Lors de ce voyage, elle a essuyé des « regards insistants et des remarques déplacées ». Après être rentrée de son voyage, elle a décidé de créer le groupe Facebook We are #Blackpackeuses, qui a pour slogan « Femmes noires en voyage, vous n’êtes pas seules ».

Ce groupe, qui compte aujourd’hui 2 000 membres, a pour vocation d’aider les femmes noires à s’informer au préalable pour de futurs voyages. Clémence est d’ailleurs d’avis qu’une préparation peut limiter les dégâts. « Le fait de s’y préparer mentalement peut parfois aider à réduire le choc. Plus on en parle, plus le sujet devient visible et c’est une bonne chose pour des voyageuses noires qui peuvent se sentir seules », dit-elle.

Jessica Nabongo, qui a récemment été reconnue comme la première femme noire à avoir parcouru le monde, en sait beaucoup et a son avis sur la question. De sa vie de globe trotteuse, elle a parcouru 195 pays à travers la planète. « Je pense que cela dépend plus de la manière dont les autres nous perçoivent que du fait d’être une femme noire ». Le racisme envers les femmes noires peut se manifester sous diverses formes en fonction de qui elles ont en face d’elles.

« Décoloniser » le voyage

Les voyageuses peuvent être traitées de façon désagréable dans un pays, et le jour d’après être traitées chaleureusement dans un autre. Et contrairement à ce que pensent la plupart des gens, ce n’est pas dans les pays reculés que se produisent ces actes de racisme. « Je me suis sentie le moins en sécurité à Miami, à Paris et à Rome et j’ai vécu des moments formidables en Macédoine ou en Bosnie », affirme Jessica Nabongo.

Selon plusieurs passionnées du voyage, il faut « décoloniser » le voyage et privilégier le tourisme local. Si au départ le choix sur les destinations se faisaient de façon aléatoire, les réseaux sociaux ont permis de faire la lumière sur des pays et des villes moins connues. Plusieurs comptes Instagram font la valorisation des destinations où des femmes noires sont à l’honneur. D’autres ont fini par devenir des agences de voyage en ligne.

Le réseau social est devenu un outil incontournable dans la promotion des voyages à travers le monde, établissant une communauté virtuelle internationale. Les femmes noires s’investissent de plus en plus dans le tourisme. Et plusieurs initiatives en faveur de cette passion sont en train de naître. Ce sont entre autres On She Goes et Mélanine Nomade.

Harris DJIRO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video