• Accueil
  • >
  • NECROLOGIE
  • >
  • TONI MORRISON, NOBEL DE LITTÉRATURE 1993, EST DÉCÉDÉE À 88 ANS

TONI MORRISON, NOBEL DE LITTÉRATURE 1993, EST DÉCÉDÉE À 88 ANS

Toni Morrison, première afro-américaine à recevoir prix Nobel de littérature en 1993, est décédée lundi soir, à l’âge de 88 ans, dans un hôpital de New-York, des suites d’une complication de pneumonie, a-t-on appris mardi dans un communiqué de ses éditeurs.

Auteure à la « force visionnaire »

Comme l’a précisé son éditeur, Alfred A. Knopf, à Associated Press, la vénérable écrivaine est morte dans la nuit du 5 au 6 août, à l’âge de 88 ans. En décrivant la grandeur littéraire de Toni Morrison – lauréat du prix Nobel de littérature en 1993, le premier attribué à une femme afro-américaine – la Fondation Nobel a déclaré que Morrison « dans des romans caractérisés par une force visionnaire et une portée poétique, donne vie à un aspect essentiel de la réalité américaine ». Elle a poursuivi et rempli cette mission tout au long de sa prodigieuse carrière littéraire.

Née le 18 février 1931 à Lorain, dans l’Ohio, Chloé Ardelia Wofford est la deuxième des quatre enfants de George et Ramah Wofford, des métayers qui ont émigré d’Alabama vers le nord. Le couple a élevé ses enfants dans un quartier intégré de la classe ouvrière. Morrison, qui avait un grand-père esclave, avait une fois confié au New York Times : « Quand j’étais en première année, personne ne pensait que j’étais inférieure. J’étais la seule noire de la classe et la seule enfant capable de lire ».

Elle a manifesté un amour précoce pour la littérature, lisant les œuvres de nombreux écrivains européens et apprenant le latin. Morrison obtint son diplôme avec mention au Lorain High School en 1949 et poursuivit ses études à l’Université Howard où elle se spécialisa en anglais et en mathématiques. À Washington, pour la première fois, elle a vu de près la ségrégation. Après avoir obtenu son diplôme en 1953, elle a obtenu son diplôme en anglais à l’Université Cornell, qu’elle a achevée en 1955.

La « vielle sage» aux dreadlocks

Mme Morrison était « une afro-américaine qui s’exprimait dans des histoires essentiellement silencieuses », a déclaré Elizabeth Beaulieu, rédactrice en chef de « The Toni Morrison Encyclopedia », dans une interview. « Elle écrit l’histoire afro-américaine pour l’histoire américaine ».

Au-delà de sa propre littérature, Mme Morrison a eu le mérite de donner la parole à des histoires noires grâce à son travail de rédactrice en chef de Random House à partir de la fin des années 1960. Elle avait un jour fait remarquer qu’il y avait un « prix terrible à payer » pour avoir laissé la familiarité confortable de Lorain, la ville de l’Ohio où elle avait grandi, pour une carrière dans une société blanche peu accueillante.

À la fin de sa vie, ses dreadlocks parsemés de gris, Mme Morrison semblait souvent jouer le rôle d’une vielle sage. En 2012, le président Obama lui a décerné le plus grand honneur civil du pays, la médaille présidentielle de la liberté pour « sa maîtrise de l’âme et le renforcement du caractère de notre union ».

Un talent mondialement reconnu

Tony Morisson aura marqué d’une empreinte indélébile l’histoire de la littérature américaine. Avec une plume libre, prolifique et engagée, elle produira au cours de ses quarante ans de carrière, des ouvrages mémorables, parmi lesquels The Bluest Eye (1970), Sula (1973), Song of Solomon (1977) et Beloved (1987). Généralement considéré comme le chef-d’œuvre de l’auteure, ce dernier lui vaudra en 1988 le Prix du livre américain et le Prix Pulitzer de fiction et sera adapté au cinéma par l’emblématique Oprah Winfrey. Un talent que viendra consacrer le prestigieux prix Nobel de la Littérature en 1993.

En 2006, la New York Times Book Review a nommé Beloved, meilleur roman de ces 25 dernières années. En 2005, le magazine Time le classait parmi les 100 meilleurs romans de langue anglaise de 1923 à nos jours.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook