Thomas Sankara, l’âme omniprésente du panafricanisme

Ce mardi, l’Afrique se joint au pays des hommes intègres pour célébrer la vie et le travail de Thomas Sankara, ancien président burkinabè assassiné le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’État mené par celui qu’il considérait comme son meilleur ami, Blaise Compaoré. Ce dernier sera renversé par sa population en octobre 2014, après 27 ans passés au pouvoir. Si sa présidence n’a duré que quatre ans, le capitaine Sankara, à travers son engagement sans faille et son attachement à la résistance de son peuple contre les autorités coloniales françaises, a grandement laissé son aura d’émancipateur sur le contient noir et jouit aujourd’hui d’une intacte popularité.

Le « camarade président »

De nombreux dirigeants nationalistes ont pris des rôles de premier plan pour libérer leur peuple du colonialisme, quelles que soient les conditions de vie et les conséquences qui ont prévalu à l’époque. Les peuples africains étaient confrontés à des conditions difficiles dans leurs pays d’origine en raison de la domination coloniale et de l’exploitation.

Jeune dirigeant panafricaniste, désintéressé et dynamique, Thomas Isidore Sankara a dirigé le gouvernement révolutionnaire du Burkina Faso de 1983 à 1987. « Nous avions pris le pouvoir pour servir le peuple et non pour nous servir », avait-il indiqué dès les premiers jours de sa présence.  Pour incarner la nouvelle autonomie et renaissance, il a rebaptisé le pays, passant de « Haute-Volta » à « Burkina Faso », qui signifie « pays des hommes intègre ».

Dans une interview, Ernest Harsch, biographe de Thomas Sankara, brosse un portrait vivant de la personnalité remarquable de cette icône africaine légendaire : « Il n’a pas aimé la pompe générale fournie avec le bureau. Il était intéressé par les idées. Il réfléchira un moment, puis répondra à vos questions. En termes d’événements publics, il savait vraiment comment parler aux gens. C’était un grand orateur. Il aimait plaisanter. Il a souvent joué avec la langue française et a inventé de nouveaux termes. Il fabriquait souvent des jeux de mots. Donc, il avait le sens de l’humour. Au Burkina Faso, on le voyait faire le tour de la capitale à vélo ou à pied sans entourage ». Telle était l’affabilité et l’humilité de Sankara.

On se souvient également de Sankara pour les progrès accomplis dans le développement de son pays dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’autonomisation des femmes, ainsi que pour son ardent désir d’éradiquer la corruption et ses effets.

Sankara et le rêve burkinabè

Noel Nebie, professeur d’économie à la retraite, a déclaré à Al-Jazeera : « Sankara souhaitait un Burkina Faso florissant, reposant sur les ressources humaines et naturelles locales, par opposition à l’aide étrangère, et commençant par l’agriculture, qui représente plus de 32% de la population du pays. PIB et emploie 80% de la population active. Il a brisé l’élite économique qui contrôlait la plupart des terres arables et accordait l’accès à des agriculteurs de subsistance. Cela a amélioré la production, rendant le pays presque autosuffisant ».

En tant que fervent défenseur de l’autosuffisance et une forte opposition à l’aide ou à l’intervention étrangère, Sankara était convaincu que « celui qui vous nourrit vous contrôle ». Sa politique étrangère était largement axée sur l’anti-impérialisme, son gouvernement évitant toute aide étrangère. Il a insisté sur la réduction de la dette, la nationalisation de toutes les richesses en terres et en minéraux, ainsi que la prévention du pouvoir et de l’influence du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Ses politiques nationales étaient axées sur la prévention de la famine par l’autosuffisance agraire et la réforme agraire, la priorité donnée à l’éducation par une campagne nationale d’alphabétisation et la promotion de la santé publique en vaccinant 2,5 millions d’enfants contre la méningite, la fièvre jaune et la rougeole.

Un homme intègre dans un monde injuste

Sankara s’est élevée contre la pénétration néocoloniale durable de l’Afrique par le commerce et les finances occidentaux. Il a appelé à un front uni des nations africaines à renoncer à leur dette extérieure et a soutenu que les pauvres et les exploités n’avaient pas la responsabilité de rembourser de l’argent aux riches et de les exploiter. Dans un discours prononcé en octobre 1984, il a déclaré : « Je viens ici pour vous transmettre les salutations fraternelles d’un pays dont les 7 millions d’enfants, de femmes et d’hommes refusent de mourir plus longtemps de faim, d’ignorance et de soif ».

Thomas Sankara avait juré de s’opposer à l’oppression persistante des Africains et avait refusé de souscrire à l’esclavage économique de la société de classe et à ses conséquences impies. Pour remédier aux déséquilibres fonciers dominants, il s’est lancé dans une redistribution des terres des ‘propriétaires terriens’ coloniaux, pour les restituer aux paysans. En conséquence, la production de blé a augmenté en trois ans, passant de 1 700 kilogrammes par hectare à 3 800 kilogrammes par hectare, ce qui a permis au pays de se suffire à lui-même sur le plan alimentaire.

Il a également fait campagne contre l’importation de pommes en provenance de France, alors que le Burkina Faso produisait des fruits tropicaux qui ne pouvaient être vendus. Afin de promouvoir la croissance de l’industrie locale et la fierté nationale, Sankara a convaincu les fonctionnaires de porter une tunique traditionnelle, confectionnée en coton burkinabé et cousue par des artisans burkinabés.

Libre penseur, le leader panafricaniste de la révolution burkinabè s’est aussi fait remarquer pour son affranchissement culturel. « Nous ne pouvons laisser à nos seuls ennemis d’hier et d’aujourd’hui le monopole de la pensée, de l’imagination et de la créativité ».

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook