TEXAS : DES COLIS PIÉGÉS CAUSENT LA MORT

Ces derniers jours, à Austin au Texas une affaire de colis piégés meurtriers fait la une de l’actualité.

Ces colis anonymes ont été déposés devant différentes habitations dans un quartier où résident majoritairement les communautés afro-américaine et hispanique. Le 2 mars dernier, un homme de 39 ans décède suite à la réception d’une de ces boites, suivi d’un jeune homme de 17 ans une dizaine de jours plus tard qui lui aussi perdra la vie, une vieille dame de 75 ans gravement touchée est actuellement en soins intensifs, et malheureusement de nombreuses autres victimes de ces attaques sont retrouvées blessées.

 

Le point commun entre toutes les victimes est qu’elles sont toutes d’origines afro-américaine ou latino.

La police soulève en effet la piste raciste, le quartier ciblé et les habitations sélectionnées par l’auteur de ces crimes ne semblent pas être de simples coïncidences. Les habitants maintenant en alerte gardent malgré tout leur calme :

« il n’y a pas d’hystérie, pas de panique, mais les voisins et les amis se sont rapprochés » raconte Adam un habitant du quartier de l’Eastside. « Au moins, celui qui pose les bombes – quel qu’il soit – doit hésiter à remettre ça, avec les gens qui surveillent les rues…Vivre dans l’Eastside, c’était déjà vivre dans la précarité, et maintenant c’est une zone de guerre » ajoute t-il.

La situation tendue entre les forces de police et les quartiers de l’Eastside sont une réalité que personne n’ignore, cette affaire de colis piégés vient en effet mettre de l’huile sur le feu entre des habitants sur la défensive qui attendent des résultats d’enquête concrets, et la police dans le collimateur des médias à l’affût de tous signes de négligences. Le racisme au sein des polices américaines a en effet fait couler beaucoup de sang et beaucoup d’encre ces dernières années, pour le bien de tous, il est urgent que le coupable soit appréhendé et puni par la justice.

 

Mrs Prue

 

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook