TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT AU GABON

Un groupe de militaires qui se réclament de la garde républicaine dit avoir pris ses responsabilités et pris le pouvoir, en l’absence du président Ali Bongo en convalescence au Maroc depuis deux mois.

Des tirs ont été entendus dans le centre de la capitale du Gabon, Libreville, ce lundi matin, rapporte un journaliste de l’AFP, tandis que des militaires ont pris le contrôle de la radio d’Etat pour y lire un message aux alentours de 6h30.

Le message radiophonique a été lu par un militaire se présentant comme commandant-adjoint de la Garde Républicaine (GR), et se disant président d’un Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS).

« Nous ne pouvons abandonner la patrie », a-t-il déclaré. « Si vous êtes en train de manger, arrêtez. Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez. Si vous dormez, réveillez-vous. Réveillez vos voisins [..]., levez vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue. »

Le 31 décembre, le président Bongo avait pris la parole pour la première fois depuis son hospitalisation. Cette prise de parole, peu fluide, était pour le MPJFDS une «honte» pour un «pays (qui) a perdu sa dignité».

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook