QUEL AVENIR POUR LA JEUNESSE AFRICAINE ?

Afrique: Le temps de préparer un environnement économique favorable à l’explosion de la jeunesse est maintenant

Avec des rapports indiquant que d’ici 2035, le nombre d’Africains rejoignant la population en âge de travailler dépassera celui du reste du monde, les gouvernements africains ont besoin de créer des environnements politiques favorables et de préparer un environnement économique favorable pour la jeunesse c’est maintenant ou jamais.

L’Afrique a la population la plus jeune du monde. Plus de 40% ont moins de 15 ans et 20% ont entre 15 et 24 ans, selon les chiffres de la Banque africaine de développement (BAD) sur les jeunes. Selon les révisions de 2017 des Perspectives de la population mondiale des Nations Unies, la population de l’Afrique devrait passer de 1,2 milliard en 2016 à 1,3 milliard en 2017, créant de nouveaux défis et opportunités pour l’économie.

Néanmoins, le continent n’a pas encore atteint la transition démographique et le dividende magiques où le rapport de dépendance est suffisamment élevé pour que les revenus et l’épargne commencent à augmenter (taux de dépendance de la population plus jeune par rapport à la population active). Cette transition démographique cruciale, qui génère le dividende démographique, ne peut être réalisée que par des investissements dans les petites et moyennes entreprises (PME), des centres de création, l’éducation et la santé, ainsi que des stratégies de planification familiale plus larges.

En septembre 2017, la 72e Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), GBC Health, la Banque mondiale et le FNUAP se sont réunis pour discuter du rôle du secteur privé dans le soutien au changement démographique de l’Afrique. La démographie africaine a été reconnue par les dirigeants africains et les décideurs comme une base stratégique pour concentrer et prioriser les investissements. Les investissements dans la jeunesse africaine contribueront au développement durable, à la croissance économique inclusive et à la construction d’une Afrique intégrée, prospère et pacifique.

 

La création d’emplois ne suit pas la croissance démographique. De nombreux pays africains luttent pour créer des emplois pour le nombre croissant de personnes entrant sur le marché du travail: Les Tendances mondiales de l’emploi des jeunes pour 2015 indiquent que les jeunes représentent 48,1% des chômeurs de longue durée en Afrique subsaharienne. Ce chiffre élevé du chômage représente un potentiel perdu important pour réaliser le dividende démographique de l’Afrique. Parmi les facteurs qui remettent en cause l’emploi des jeunes Africains figurent la désindustrialisation, qui se produit dans de nombreux secteurs, la production devenant de plus en plus automatisée, la demande pour les compétences de conception plus que pour les compétences manufacturières, l’inadéquation entre compétences et exigences des employeurs.

Selon un rapport de Brookings sur l’augmentation des opportunités d’emploi sur le marché du travail africain complexe, même certaines des plus grandes économies africaines comme le Nigeria, le Kenya et l’Afrique du Sud luttent contre le chômage élevé. Il s’agit d’un défi qui pourrait continuer de croître à mesure qu’un plus grand nombre de jeunes commenceront à intégrer le marché du travail si les investissements dans l’éducation et la création de compétences ne sont pas plus importants. Le rapport de Brookings a noté que les investissements dans le «capital humain» plus généralement aideront les pays africains à accomplir leurs missions de développement plus larges.

 

Les systèmes éducatifs sont lents à réformer et n’ont pas suivi les demandes de compétences dont les acteurs de l’industrie ont besoin pour stimuler leur croissance. La sécurité alimentaire continue d’être un défi, mais pourrait être surmontée grâce à l’utilisation efficace des compétences scientifiques et de gestion des affaires. Les compétences généralement trouvées dans les professionnels de carrière matures plutôt que chez les jeunes, et pour stimuler la productivité agricole les deux extrémités de la main-d’œuvre, doivent être engagées. En outre, plutôt que de se préparer à des carrières industrielles et agricoles, les niveaux élevés de participation des jeunes dans les petites et moyennes entreprises ainsi que l’espace de l’innovation continuent de dominer le paysage africain.

 

Les jeunes qui entrent sur le marché du travail ont besoin de mentorat et de coaching, de centres et d’ateliers créatifs, de formation et de compétences professionnelles qui peuvent être efficacement dispensées par des personnes proches ou déjà à la retraite. Cela met l’accent sur l’utilisation efficace des compétences existantes pour connecter la jeune génération africaine avec les personnes hautement qualifiées et expérimentées. Des initiatives actuelles telles que l’International Youth Foundation, qui, en collaboration avec des institutions d’entreprise, de recherche et d’éducation, vise à résoudre ce problème en intervenant dans des secteurs où les besoins en capacités sont aussi importants que le potentiel d’engagement des jeunes. Les jeunes développeront les compétences de leadership, techniques et de vie pour gagner leur vie. Les partenariats avec les universités et les instituts de recherche, en particulier, peuvent renforcer les compétences et les capacités en agriculture.

 

Un nouveau modèle propose de rémunérer des experts retraités ou à la retraite dans le secteur de l’agriculture en vue d’un partenariat avec de tels stagiaires ou diplômés. La mise à l’échelle se ferait à travers un cycle de formation continue obligatoire impliquant un réseau de travailleurs, d’étudiants et de professionnels partant à la retraite dans les villages. Les gouvernements à travers le continent devraient identifier des secteurs spécifiques dans leurs pays et travailler à l’intérieur de chacun pour développer un programme de transition de main-d’œuvre qui augmente les qualifications et les capacités de la prochaine génération.

 

Selon le Fonds monétaire international (FMI), le nombre d’Africains qui rejoindront la population en âge de travailler dépassera celui du reste du monde d’ici 2035. Les PME représenteraient également 80% de l’emploi en Afrique. La participation des jeunes se concentre souvent sur les entreprises familiales, le travail artisanal et la fabrication légère. Les pénuries de compétences menacent la performance future de plusieurs industries (comme les mines), car il y a aussi une pénurie régionale. La rapidité à produire le talent dont l’Afrique a besoin pour conduire la transformation et assurer une croissance inclusive est lente, en raison de la difficulté de la réforme, des intérêts acquis et du temps nécessaire pour obtenir des résultats même avec de bonnes réformes. Les gouvernements africains doivent donc orienter leurs investissements vers l’entreprenariat, l’innovation, les fonds d’investissement privés et améliorer l’accès au crédit pour soutenir la croissance future.

 

Les sociétés de capital-investissement axées sur l’Afrique, telles que Quantum Global Group, ont intégré l’évaluation de l’impact environnemental et social en tant que composantes essentielles de leur processus d’investissement. Le nouvel indice Africa Investment Index (AII) du groupe prend en compte la démographie (en plus des facteurs de croissance, facteurs de liquidité, facteurs de risque, facteurs environnementaux et facteurs de capital social) comme un facteur clé pour évaluer le potentiel d’investissement des pays africains. Dans l’AII, le facteur démographique tient compte de la taille de la population et du marché potentiel actuel et futur. Avec l’ajout d’un si grand nombre de jeunes à la main-d’œuvre africaine, les entreprises et les investissements sont extrêmement influents pour accélérer les progrès et la transformation économique. Le rapport de l’Allianz sur la démographie comme une opportunité d’investissement, voit la hausse de la population mondiale, et en particulier dans les économies émergentes, comme caractéristique pour les «économies dynamiques» et une opportunité pour l’investissement.

La rapidité à produire le talent dont l’Afrique a besoin pour conduire la transformation et assurer une croissance inclusive est lente, en raison de la difficulté de la réforme, des intérêts acquis et du temps nécessaire pour obtenir des résultats même avec de bonnes réformes. Les gouvernements africains doivent donc orienter leurs investissements vers l’entreprenariat, l’innovation, les fonds d’investissement privés et améliorer l’accès au crédit pour soutenir la croissance future.

L’un des principaux défis qui entravent la croissance inclusive est le taux de croissance démographique de l’Afrique, qui impose des exigences élevées en matière d’éducation et d’emploi. Selon les projections démographiques des Nations Unies, l’indice synthétique de fécondité en Afrique subsaharienne était de 5,1 naissances par femme en 2015, soit une baisse de 1,8 naissance seulement depuis 1960. En comparaison, le taux de fertilité global moyen a diminué de moitié au cours de la même période à 2,5 naissances par femme. Les gouvernements et les décideurs devront s’attaquer aux avantages micro et macro-économiques de la réduction de la taille de la famille, promouvoir l’éducation des femmes, augmenter l’allocation budgétaire pour la santé et se concentrer sur la formation économique et entrepreneuriale des femmes.

 

Il est clair que les pays africains ont un énorme potentiel pour profiter de sa jeune population. Une période critique est celle où la population en âge de travailler atteint un sommet. Afin de tirer parti des opportunités, les gouvernements devront créer un environnement politique favorable et avoir un impact à long terme en encourageant les investissements dans les secteurs nécessaires pour préparer un environnement économique favorable à l’explosion de la jeunesse. Les investissements dans l’éducation, l’innovation, les compétences, le développement des femmes et du capital-investissement favoriseront une main-d’œuvre saine, éduquée et diversifiée pour répondre aux attentes croissantes des jeunes en âge de travailler en Afrique.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook