TCHAD : L’EDUCATION DES FEMMES RECULE DE PLUS EN PLUS

Les femmes tchadiennes, sont de moins en moins instruites. C’est du moins ce qui en ressort d’une étude, qui stipule plus de la moitié des jeunes âgés de 15 à 24 ans ne savent ni lire ni écrire.

Ces chiffres ont été révélés dans le récent rapport du Centre d’étude et de Formation pour le Développement (Cefod) suite à une étude menée dans les villes d’Abéché, Mongo, Sarh, Moundou et ainsi qu’à N’Djamena, la capitale.

La population en âge de travailler, âgée de 15 à 64 ans, est de plus de 5 millions. Mais plus de la moitié est illettrée, ce qui constitue un obstacle à l’emploi, et les femmes sont les plus touchées.Yves Djofang Kamga, DG du CEFOD : « L’étude du Cefod s’est focalisée sur les différents facteurs de blocage de l’accès des femmes et des jeunes à l’emploi. »

Herman Habib Kibangou qui a dirigé les recherches, relève entre autre le mariage précoce comme principales raisons pour lesquelles les jeunes femmes interrompent les études.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video