• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • TANZANIE : SIX ENFANTS ONT ÉTÉ RETROUVÉS ASSASSINÉS ET MUTILÉS

TANZANIE : SIX ENFANTS ONT ÉTÉ RETROUVÉS ASSASSINÉS ET MUTILÉS

Six enfants du sud-ouest de la Tanzanie ont été tués et leurs oreilles et leurs dents ont été enlevées, a-t-on appris lundi de source officielles. Selon les autorités, certains des corps des enfants, âgés de deux à neuf ans, avaient également des membres manquants.

Horreur à Njombe

Psychose dans le Sud-ouest de la Tanzanie, plus précisément dans le district de Njombe. Six enfants âgés entre 2 et 9 ans ont été enlevés et tués, selon un communiqué de la police relayé le 28 janvier par des médias locaux. Il s’avère que la plupart ont été mutilés : on leur a coupé les oreilles et extrait dents. Certains n’avaient également plus de jambes et de bras…

Faustine Ndugulile, ministre tanzanienne de la Santé, a déclaré que les dix enfants avaient disparu depuis décembre dans le district de Njombe, dans le sud-ouest de la Tanzanie. Quatre autres ont été retrouvés en vie.

La commissaire du district de Njombé, Ruth Msafiri pensent ces enfants auraient été tués au nom de la superstition et de la sorcellerie. En effet, des « sorciers » affirment que des parties du corps humain ont des propriétés spéciales qui peuvent apporter richesse et chance à ceux sur qui le sort semble s’acharner. « Les gens pensent que grâce à la sorcellerie, ils pourront améliorer leur vie », explique Ruth Msafiri.

Selon le quotidien privé Mwananchi, citant les autorités administratives du district de Njombe, dans la province du même nom, au moins dix enfants âgés de 2 à 10 ans ont été retrouvés tués par des inconnus depuis le début janvier.

Les enfants albinos de plus en plus menacés

Les enfants albinos sont les plus menacés par ces croyances. Au cours des dernières années, plusieurs personnes atteintes d’albinisme ont été sauvagement attaquées en Tanzanie.

Avec une personne sur 1 500, le pays a l’un des taux d’albinos les plus élevés au monde. Selon des groupes de défense des albinos, il y aurait environ 100 000 albinos en Tanzanie, sur une population totale de 48 millions d’habitants.

Le vice-ministre de la Santé a déclaré à CNN que ces meurtres n’étaient pas liés aux meurtres rituels liés aux albinos, qui sont répandus en Tanzanie et dans d’autres régions de l’Afrique de l’Est. « Ces meurtres ne sont pas liés aux Albinomords », a-t-il déclaré. « Mais c’est très triste parce que ce sont des enfants et qu’ils ne méritent pas d’être utilisés comme ça », a déclaré Ndugulile.

 

Deux femmes portant leurs enfants albinos, en mai 2014 à Dar es Salaam, ancienne capitale tanzanienne. / BUNYAMIN AYGUN / AFP

 

 

 

La police a arrêté un suspect, un proche parent de trois des enfants de la même famille. Visiblement, certains sorciers de la région disent parviennent toujours à persuader des gens que les parties du corps humain ont des propriétés spéciales qui peuvent leur apporter richesse et chance.

« Nous exhortons tous les parents et les tuteurs à rester en alerte et à enseigner à leurs enfants comment déterminer les motifs de leur entourage », a déclaré la commissaire de district. Les enfants ont été emmenés chez eux la nuit alors que leurs parents vendaient de la nourriture au marché.

« Les attaques et meurtres d’enfants sont inacceptables »

L’ONU a condamné mardi les meurtres d’au moins dix enfants survenus ces dernières semaines dans une province du sud de la Tanzanie, que les autorités locales attribuent à des croyances superstitieuses.

« Les attaques et meurtres d’enfants sont inacceptables. Les enfants ont le droit fondamental d’être en sécurité et protégés de la violence pour qu’ils puissent jouir de leur enfance et atteindre leur plein potentiel », ont poursuivi les Nations unies. « Nous appelons toutes les parties concernées à joindre leurs efforts pour s’assurer que les domiciles, écoles et communautés soient des endroits sûrs pour les enfants », a ajouté le coordinateur résident de l’ONU en Tanzanie, Alvaro Rodriguez, cité dans le communiqué.

Le gouverneur a indiqué avoir ordonné aux instances compétentes de revoir les autorisations accordées aux guérisseurs traditionnels, soupçonnant certains d’entre eux d’être impliqués dans ces meurtres.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook