• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • TANZANIE : UN ENSEIGNANT POURRAIT ÊTRE PENDU POUR AVOIR TUÉ UN ÉLÈVE

TANZANIE : UN ENSEIGNANT POURRAIT ÊTRE PENDU POUR AVOIR TUÉ UN ÉLÈVE

Un tribunal tanzanien a condamné à la mort par pendaison un enseignant âgé de 51 ans, accusé d’avoir battu à mort un élève de 14 ans, un jugement qui relance le débat sur la peine de mort en Tanzanie.

Le juge Lameck Mlacha a déclaré que Respicius Mtazangira avait agi de manière cruelle lorsqu’il avait frappé l’enfant à plusieurs reprises avec un objet contondant, en août dernier. Il avait accusé Sperius Eradius, 14 ans, d’avoir volé le sac à main d’une enseignante.

Un rapport médical présenté lors du procès par la famille de l’élève atteste que ce dernier est mort des coups reçus de son maître d’école.

Les châtiments corporels ne peuvent être administrés dans les écoles tanzaniennes que dans certaines limites. Un maximum de quatre coups peut être donné et le chef d’établissement doit être présent. La punition ne peut être donnée que par le chef d’établissement ou une personne autorisée par eux.

L’annonce de la mort du garçon l’année dernière à l’école primaire de Kibeta à Bukoba, dans le nord-ouest du pays, avait provoqué l’indignation nationale, plusieurs personnes exigeant que justice soit faite. La famille d’Eradius a refusé d’enterrer son corps jusqu’à ce que le coupable soit arrêté.

Selon certains journalistes, il s’agit d’un jugement rare et très médiatisé destiné à protéger les écoliers du pays. Le verdict rendu par la Cour suprême tanzanienne relance le débat sur la peine de mort, toujours en vigueur dans le pays. Depuis 1994, aucun accusé n’a cependant été condamné à la peine de mort en Tanzanie.

Le chef de l’Etat, John Magufuli, a déclaré en 2017 qu’il était contre la peine de mort. « Je sais qu’il y a des gens qui ont été condamnés pour meurtre et qui attendent la peine de mort. Mais ne me présentez pas la liste pour me demander de prendre une décision, parce que je sais combien il est difficile de le faire », avait-il dit.

M. Mtazangira a le droit de faire appel. Sa co-accusée Heriet Gerald – l’enseignante dont l’enfant était accusé d’avoir volé le sac à main – n’a pas été reconnu coupable d’avoir commis un délit.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook