• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • DU STATUT D’ÉVADÉ À CHAMPION DE BOXE EN ASIE

DU STATUT D’ÉVADÉ À CHAMPION DE BOXE EN ASIE

Karl Consil s’est évadé de prison avant de devenir un boxeur célèbre en Asie. Ce jeudi, le tribunal correctionnel d’Arras l’a condamné à un an de prison ferme.
Le jeune Martiniquais d’Ully-Saint-Georges avait été condamné en 2008 à cinq ans de prison pour trafic de stupéfiants et de séquestration. En 2012, à un an de sa sortie, cette peine a été rallongée de 2 ans à cause d’une sanction disciplinaire. Mais le 11 décembre 2012, emprisonné au centre pénitentiaire de Bapaume, il profite d’une permission de 24 h pour s’enfuir.

 

Le début de plusieurs victoires

Avec 2000 euros, il part à Amsterdam et prend un billet pour Bangkok et se lance dans la boxe avec succès.
Le jeune homme s’est pointé au Lumpinee, le club de boxe le plus réputé en Thaïlande. Il a payé sa première leçon de 4 heures puis enchaîné les entraînements. Seulement quinze jours après, il a remporté son premier combat qui est le début de plusieurs victoires. « Sa rage et son physique lui permettent de vaincre », a affirmé l’avocat. Et bien évidemment, il a été devenu célèbre et s’est nommé Wesson Consil.
Pourtant, en 2013, n’ayant plus de visa, le jeune champion a décidé de quitter la Thaïlande pour la Chine car sa renommée risque de lui poser des problèmes. Très vite, il a fréquenté les salles de boxe à Shanghai et a fait connaissance de Silas, patron du club Fighter Unite. Ce manager américain a confié avoir été son coach pendant un an et lui avait permis près de 50 combats. « Les meilleurs combattants chinois veulent affronter son poulain français », a-t-il signifié en disant que Karl Consil pouvait être rémunéré jusqu’à 1.000 dollars par combat.

 

Retour à la réalité

En 2018, il est arrêté et renvoyé en France par la police chinoise pour consommation de cannabis.
Jugé par le tribunal d’Arras pour évasion en mi-janvier, Karl Consil a été condamné à un an de prison ferme. Son avocat a reconnu que c’est « une peine clémente ». D’ici six mois, avec les remises de peine, le jeune homme peut espérer sortir et réaliser quelques projets qu’il a déjà en tête.

Karl Consil dit même que son arrestation pourrait être « la meilleure chose ». « À sa sortie, il entend créer une école de boxe en Martinique. Et monter une association d’échanges entre boxeurs français et chinois » explique son avocat. Après ce qu’il décrit sur Facebook comme « la cavale du siècle », Karl Consil rêve de « la réinsertion du siècle ».

 

Marie Yvonne Akre

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook