• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • [SPORT] LA REVANCHE DES ENTRAÎNEURS AFRICAINS

[SPORT] LA REVANCHE DES ENTRAÎNEURS AFRICAINS

Les bancs ont fini d’être blancs. La Coupe d’Afrique des Nations fait la part belle aux entraîneurs locaux. En quarts de finale, ils sont cinq sur les huit qualifiés.

A mi-parcours, alors que les quarts de finale de la CAN 2013 n’ont pas encore débuté, il y a déjà un grand vainqueur lors de cette Coupe d’Afrique sud-africaine. Les entraîneurs locaux ont imposé leur patte puisqu’ils sont cinq techniciens issus du continent sur les huit sélectionneurs encore en lice. Gordon Igesund (Afrique du Sud), Stephen Keshi (Nigeria, notre photo), James Kwesi Appiah (Ghana) et Lucio Antunes (Cap-Vert) ont rejoint le Franco-Tunisien Sabri Lamouchi (Côte d’Ivoire). Le Tunisien Sami Trabelsi, éliminé à la différence de buts, est resté sur le carreau tout comme le Marocain Rachid Taoussi ou l’Ethiopien Sewnet Bishaw.

Les sorciers blancs bouffés tout crus

Pour Keshi, le sélectionneur des Super Eagles, c’est une indubitable victoire. « Les Blancs ne viennent en Afrique que pour l’argent. Ils ne sont pas plus compétents que nous. Je ne suis pas raciste, mais c’est ainsi que les choses se passent », déclarait l’ancien défenseur à la BBC avant la compétition. « Quand les fédérations recrutent les entraîneurs africains, elles leur demandent de remporter la Coupe du monde, la Coupe d’Afrique des nations et chacun de leur match. En revanche, si on confie ce même poste à un Blanc, on lui laisse un an pour s’adapter, apprendre à connaître le pays et les joueurs. »

Il s’agit également d’un joli symbole dans un pays où l’apartheid a laissé une trace indélibile. Alors, fini l’ère des techniciens payés à prix d’or pour des résultats très souvent en deçà ? Rien n’est moins sûr. Le dernier vainqueur de la CAN, la Zambie était dirigée par un Européen, le Français Hervé Renard.

Les Africains au pouvoir

Cette année, pourtant, la CAN pourrait bien « rester » en Afrique puisque le Ghana, le Nigeria mais surtout le grand favori ivoirien (éliminé par le Nigéria) sont dirigés par des techniciens issus du continent. Lamouchi, notamment, a su s’appuyer sur les compétences locales en intégrant les ex-internationaux Cyril Domoraud et Blaise Kouassi dans son staff. « C’est une très bonne année pour nous, le coach a instauré le respect dans le groupe, ça a amené une très grande différence par rapport à l’année dernière, et ça se ressent dans le comportement sur le terrain: cette année tout le monde est prêt à donner tout ce qu’il a pour les partenaires sur le terrain », a ainsi confié Max-Alain Gradel, l’ailier des Eléphants.

Depuis sa création, la Coupe d’Afrique des Nations a été remportée à treize reprises par des techniciens locaux tandis que les entraîneurs étrangers y ont été sacrés quinze fois.

Source : eurosport.fr

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook