• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • [SPORT] BASKET – MONDIAL 2014 : LA FRANCE TENTERA DE SE CONSOLER AVEC LE BRONZE

[SPORT] BASKET – MONDIAL 2014 : LA FRANCE TENTERA DE SE CONSOLER AVEC LE BRONZE

Sûrement fatigués de leur quart contre l’Espagne, les Français ont échoué face aux Serbes en demi-finale du Mondial (85-90). Ils ont recollé en 2e mi-temps mais ont échoué.

La France, malgré un invraisemblable retour dans le dernier quart-temps inspiré par un Nicolas Batum démoniaque, s’est inclinée d’un fil face à la Serbie (85-90) en demi-finales de la Coupe du monde, vendredi à Madrid.

Leur magnifique exploit contre l’Espagne (65-52) en quarts de finale avait suscité d’immenses attentes. Mais les Bleus n’ont pu tout à fait évoluer au même niveau, surtout sur le plan défensif. Sans doute les champions d’Europe avaient-ils dépensé trop d’énergie mentale et physique sur ce quart de finale tant attendu. Ils ont laissé les Serbes prendre trop d’avance (+ 18 à la 18e minute) et ont échoué juste assez près pour se donner d’infinis regrets.

La Serbie du divin meneur Milos Teodosic disputera sa première finale mondiale, en tant que nation indépendante, dimanche (21 h) contre les Etats-Unis, tenants du titre.

Accrocher la 3e place

Pour la France, il s’agit maintenant de très vite se remobiliser pour décrocher la première médaille mondiale de son histoire. Son meilleur résultat jusqu’ici dans un Mondial est une 4e place en 1954.

Elle affrontera samedi (18 h) dans le match pour la troisième place la Lituanie, qui avait sombré face aux Etats-Unis (68-96) en demi-finales, jeudi à Barcelone. Les Baltes, déjà médaillés de bronze en 2010, auront certainement à coeur de laisser une meilleure image d’eux-mêmes. D’autant qu’ils restent sur une sèche défaite face aux Français en finale de l’Euro 2013 (66-80). Une médaille de bronze serait déjà une belle récompense pour une équipe de France qui n’a pu compter pour ce Mondial sur Tony Parker, laissé au repos pour l’été par l’encadrement tricolore.

Des Bleus anesthésiés

Dans un environnement assez atone, les Bleus sont apparus dès les premières secondes comme anesthésiés, incapables de mettre la même énergie défensive que contre l’Espagne. Teodosic pas gêné le moins du monde par la présence de Batum sur son dos a très vite profité de cette léthargie, en étant le déclencheur d’un 11-0 en quatre minutes (20-10, 9e).

L’attaque serbe, qui avait déjà démoli la Grèce (90-72) en huitièmes, puis le Brésil en quarts (84-56), n’a pas baissé de pied. Avec un jeu aéré, la fluidité de leurs passes, elle a continué à dicter le rythme.

Heureusement pour les Bleus, Batum et Boris Diaw ont répondu présents offensivement. Mais alors que la France était un peu revenue, de nombreuses pertes de balle sont venues gâcher cet effort. Portée par Teodosic (18 points à la pause, 24 au total) et une adresse générale hallucinante (71% à trois points après 20 minutes), la Serbie s’est envolée (43-25, 18e).

Sursaut tricolore

Vincent Collet a ensuite tenté le pari de jouer avec Diaw pour seul intérieur. Les Serbes, battus par la France en phase de poules (73-74), ont été un instant décontenancés. Mais les Tricolores, trop maladroits hormis Batum, n’ont pas immédiatement tiré parti de ce temps faible (39-53, 27e). Deux tirs primés successifs de Batum et Evan Fournier ont cependant ranimé l’espoir dans le camp français (51-61, 31e).

Les Serbes ont alors donné l’impression de subir un peu la pression, à l’image de cet « air ball » de Stefan Markovic. Le vent a vraiment tourné quand Batum, Diaw et Fournier ont artillé avec succès à trois points. De manière assez invraisemblable, alors que personne dans le Palacio de los Deportes n’y croyait plus, la France est revenue à -4 (61-65, 35e). Teodosic a cru donner la victoire aux siens sur un tir primé (77-68, 38e).

Mais la fin de match a définitivement sombré dans l’irrationnel. Batum, avec 17 points (35 au total) dans le dernier quart-temps, Diaw et Heurtel ont ramené la France à deux points (82-84, à 17 secondes de la fin). Mais les Serbes ont réussi à garder leur nerfs sur la ligne des lancers francs, malgré un un ultime trois points d’un Batum vivant sur une autre planète.

Les réactions

Vincent Collet (entraîneur de l’équipe de France). « On a mal démarré ce match. On n’avait pas la concentration et l’énergie qu’on avait mercredi. Il y a certainement plein de raisons, peut-être un peu de fatigue, un peu de nuage duquel on n’était pas redescendu. On a senti tout de suite qu’ils étaient beaucoup plus dedans que nous. Ce qui nous est arrivé n’est pas un problème d’état d’esprit. C’est simplement d’avoir été un peu moins concentré, un peu moins discipliné, d’avoir rêvé un peu. Certains de nos joueurs ont pensé que ça allait continuer naturellement comme contre l’Espagne. C’est jamais comme ça le sport à ce niveau là. »

Boris Diaw (capitaine de l’équipe de France) au micro de Canal+ Sport. « Il y a forcément de la déception. On avait vraiment l’occasion de remporter ce match. On n’est pas rentrés dedans de la bonne façon. On ne méritait pas de gagner ce match. Les Serbes l’ont mérité, ils ont joué plus dur. C’est un match perdu. On ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. On n’a pas su répondre présent. L’objectif, c’est la médaille. Il faut que l’on reste concentrés sur le prochain match de toute façon. »

Nicolas Batum (ailier de l’équipe de France) au micro de Canal+ Sport. « Vu la performance que l’on a réalisé contre l’Espagne il y a deux jours et ce que l’on a fait ce soir, on peut avoir des regrets. On a montré qu’on pouvait être une grande équipe de basket (contre l’Espagne), mais on n’était pas prêt aujourd’hui. On a laissé la Serbie développer son jeu. On a tenté l’exploit mais c’était compliqué quand même. Il faut oublier, on ne peut plus revenir en arrière. On a un match contre la Lituanie dans moins de 24 heures. On a une médaille à chercher pour marquer l’histoire. »

Source :

http://www.ouest-france.fr/basket-coupe-du-monde-la-france-nira-pas-en-finale-2819284

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook