• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] UNE PREMIÈRE RECTRICE NOIRE DANS UNE UNIVERSITÉ BRÉSILIENNE

[SOCIÉTÉ] UNE PREMIÈRE RECTRICE NOIRE DANS UNE UNIVERSITÉ BRÉSILIENNE

La pédagogue Nilma Lino Gomes a pris ses fonctions (mercredi dernier) de rectrice de l’Université d’intégration Internationale de la Lusophonie Afro-brésilienne (Universidade da Integração Internacional da Lusofonia Afro-Brasileira – Unilab) avec pour défi de diriger la plus récente des universités fédérales.

La passation de service solennelle à la direction du rectorat de l’institution s’est tenue à l’Amphithéâtre du Campus da Liberdade à Redenção (à 63 kilomètres de Fortaleza). »Je dirais que mon participation et ma présence sont le fruit d’une lutte sociale pour la promotion de l’égalité raciale, sociale et de mon parcours académique et professionnel. Nous avons la possibilité de voir la diversité ethnique représentée à divers niveaux. Je pense que c’est encore peu, mais il faut avancer », a dit la nouvelle rectrice lors de la cérémonie d’entrée en service qui s’est déroulée dans la Salle des Actes du Ministère de l’Éducation (MEC) à Brasília (District Fédéral).

Nilma Lino Gomes, originaire du Minas Gerais est titulaire d’un Maîtrise en Éducation de l’Université Fédéral (UFMG), docteure en Sciences Sociales de l’Université de São Paulo (USP) et post-docteure en Sociologie de l’Université de Coimbra, au Portugal.

« Je souhaite que le Brésil ait l’expression de la diversité ethnique et raciale dans les différents secteurs de la société, non pas seulement dans le milieu universitaire », a déclaré la nouvelle rectrice qui, entre 2004 et 2006 a présidé l’Association Brésilienne des Chercheurs Noirs (Associação Brasileira de Pesquisadores Negros -ABPN) et qui depuis 2010 fait partie de la Chambre de l’Éducation de Base du Conseil National de l’Éducation ( Câmara de Educação Básica do Conselho Nacional de Educação) au sein de laquelle elle participe à la Commission technique nationale de la diversité pour des sujets liés à l’éducation des afro-brésiliens.

Source : Guyzo du Camer

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook