• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] UNE PÉTITION POUR LE STEWARD D’AIR FRANCE AVEC DES TRESSES

[SOCIÉTÉ] UNE PÉTITION POUR LE STEWARD D’AIR FRANCE AVEC DES TRESSES

Aboubakar Traoré, steward français originaire de la Côte d’Ivoire, est en conflit depuis dix ans avec Air France qui lui refuse l’autorisation d’exercer son métier en arborant des tresses africaines. Suspendu par la direction, un comité de soutien lui vient aujourd’hui en aide.

« Vos fiers cheveux ne doivent plus être des parties honteuses », clame le Collectif Hair France.

Le message soutenu par 89 organisations ainsi que des personnalités politiques a adressé son message au gouvernement afin qu’il « mette un terme au racisme capillaire qui atteint aujourd’hui encore, en France, dans le monde du travail, les personnes d’origine africaine et caribéenne ».Air journal Hair France 180×240 Une pétition pour le steward d’Air France avec des tresses africaines

Embauché en tant que steward d’Air France en 1998, le jeune homme commence à afficher son identité capillaire à partir de 2002, une tendance qui ira en s’amplifiant dans les années qui suivent puisqu’il porte aujourd’hui des dread locks. Mais le règlement Air France stipule que « les cheveux doivent être coiffés de façon extrêmement nette. Classique et limitée en volume, la coiffure doit garder un aspect naturel. Longueur limitée dans la nuque (et/ou) mèche limitée à mi-front ».

En 2007, Air France lui a donc imposé le port d’une perruque pour cacher ses tresses, ce qu’il a fait pendant 4 ans et demi. « Je pars avec une boule au ventre, une blessure à chaque fois que je la porte », explique Aboubakar Traoré. S’il répond aux exigences de son employeur, il saisira aussi la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’Egalité) qui reconnaîtra que « cette exigence ne tenait pas compte de la diversité ethnique des salariés et de l’évolution de la société française », cite le comité de soutien, qui ajoute : « L’exigence du port d’une perruque de type européen pour cacher des cheveux de type africain est une mesure discriminatoire et vexatoire : qu’on imagine une entreprise africaine exigeant de son salarié d’origine asiatique ou européenne le port d’une perruque africaine ! Cette humiliation qui a duré 4 ans et 9 mois et la pression continue ont plongé M. Aboubakar Traoré dans une dépression. En effet, il n’a cessé de se demander si ce qu’on lui reprochait n’était pas le rappel de ses origines africaines à travers une coiffure « classique », exempte de toute provocation et parfaitement adaptée au caractère multiculturel de la société française, ainsi qu’à la diversité ethnique que la Halde a demandé à Air France de respecter. »

Suspendu par Air France et sous le coup d’une sanction disciplinaire, il a porté l’affaire devant les Prud’hommes pour « atteinte à la dignité et discrimination ».

Pour regarder le reportage :

Discrimantion _ Air France s'acharne par AncFrance

Source : Air Journal

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video