• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] RDC : À KAVUMU, PETITE VILLE DE L’EST DU PAYS, LES PETITES FILLES SUBISSENT D’AFFREUX SÉVICES SEXUELS

[SOCIÉTÉ] RDC : À KAVUMU, PETITE VILLE DE L’EST DU PAYS, LES PETITES FILLES SUBISSENT D’AFFREUX SÉVICES SEXUELS

Les hommes viennent en pleine nuit. Ils jettent leur dévolu sur une maison, en défoncent un mur et enlèvent une petite fille pour lui faire des choses atroces. Puis, au matin, ils la ramènent dans son lit ou la laissent gisante devant la porte ou dans le jardin. Si l’enfant a survécu, il faut la conduire en urgence chez un médecin parce qu’un pénis ou un objet quelconque aura écrasé ses organes tout au fond de son corps.

En 2014, lorsque je me suis rendue à Kavumu, une ville misérable de l’est du Congo, j’ai entendu de telles histoires racontées à bout de murmures. Kavumu se situe au bord du lac Kivu, en face du Rwanda, non loin d’un bureau de la Monusco, la mission de stabilisation de l’ONU en République démocratique du Congo. Parmi ses habitants, on compte plusieurs représentants des Twa, une minorité ethnique et marginalisée (mieux connue sous le nom de Pygmées), des individus qui ont dû quitter leurs petits villages dans des régions aujourd’hui sous contrôle des milices, et une proportion significative de soldats démobilisés.

Des petites filles, parfois encore bébés

Selon des militants des droits de l’homme, Kavumu cumule un taux de criminalité très élevé et un taux d’alphabétisation au plus bas. La ville traîne aussi une effroyable réputation: ces deux dernières années, elle a été le théâtre de plusieurs dizaines de viols de petites filles, parfois encore bébés.

Plusieurs survivantes ont reçu des premiers soins dans des cliniques locales, où on les a souvent lavées et, malheureusement, désinfectées des éventuelles preuves que leur corps pouvait révéler, avant de les envoyer à l’hôpital de Panzi, situé dans la ville voisine de Bukavu. L’établissement est dirigé par le Dr. Denis Mukwege, pionnier de la prise en charge et de la réparation des victimes de violences sexuelles.

Depuis l’an dernier, au moins 35 petites filles de Kavumu ont eu besoin d’une «chirurgie lourde» à leur entrée à l’hôpital, a précisé Mukvege lors de sa visite au Parlement européen en mars. Certaines de ces enfants, âgées de 6 mois à 11 ans, ont dû passer des mois à Panzi à cause de très graves traumatismes. Sur le terrain, une source m’a parlé d’une petite fille obligée de rester allongée sur le ventre, et incapable de refermer les jambes à cause de la douleur.

A l’heure actuelle, personne n’a encore pu identifier les responsables de ces viols. Ce qui, en grande partie, est imputable à un système judiciaire défaillant. Très peu de ces agressions ont fait l’objet d’un examen spécifique –seuls sept dossiers étaient en cours fin 2014, selon l’organisation humanitaire Physicians for Humans Rights (PHR). Des experts de cette organisation, et d’autres, font valoir la nécessité d’ouvrir une enquête formelle sur ces viols, et de les considérer comme les éléments d’un unique crime de masse…

Source : http://www.slateafrique.com/…/kavumu-petite-ville-du-congo-…

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video