• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] POURQUOI UN BLANC QUI IMMIGRE EST UN « EXPATRIÉ » QUAND UN NOIR QUI IMMIGRE RESTE UN « IMMIGRÉ » ?

[SOCIÉTÉ] POURQUOI UN BLANC QUI IMMIGRE EST UN « EXPATRIÉ » QUAND UN NOIR QUI IMMIGRE RESTE UN « IMMIGRÉ » ?

Un Européen qui s’installe dans un pays en dehors de son continent est appelé un « expatrié » tandis qu’un Africain qui s’installe dans un pays non-africain est considéré comme un « immigré ». Encore aujourd’hui, les descendants des Africains qui ont vaillamment combattu auprès des soldats français de la Seconde Guerre Mondiale sont appelés « enfants d’immigrés ».

Mawuna Remarque KOUTONIN, rédacteur en chef du site SiliconAfrica.com affirme que cette différence d’appellation confirmerait de manière implicite une suprématie blanche.

Il déclare : « Les Africains sont des immigrés. Les Arabes sont des immigrés. Les Asiatiques sont des immigrés. Pourtant, les Européens sont des expats parce qu’ils ne peuvent pas être au même niveau que les autres ethnies. Ils sont supérieurs. Immigrés est une façon de dire “races inférieures ».

Selon la définition de divers dictionnaires dont le Larousse, un expatrié est une personne qui exerce son activité professionnelle à l’étranger tandis qu’un immigré est un individu qui a pour but de s’installer dans le pays d’accueil. La définition de l’un inclut des raisons professionnelles pour le départ, l’autre non.

Cette différenciation au niveau du vocabulaire sous-entendrait donc que les Africains n’auraient pour but que de profiter des bienfaits du pays d’accueil (assurance, allocations,…) tandis que les Caucasiens plus consciencieux quitteraient leur cher pays développé uniquement pour le business.

Or en ce qui concerne la France, les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent (cf vidéo)

Depuis quelques années, les Portugais émigrent en grand nombre vers l’Angola pour fuir le chômage massif de leur pays natal. Leur ancienne colonie africaine est devenue leur nouvel eldorado grâce à une économie à deux chiffres et à la langue qu’ils ont en commun.

En outre, selon un rapport du Pew Research Center, dans 83 pays d’accueil, les immigrés les plus nombreux étaient français.
KOUTONIN conclut en exhortant aux Africains d’employer le même vocabulaire quand il s’agit de personnes d’ascendance européenne vivant dans leur pays :

«Si vous voyez ces “expats” en Afrique, appelez-les des immigrés, comme n’importe qui d’autre. Si cela blesse leur supériorité blanche, ils peuvent sauter en l’air et y rester. La déconstruction politique de cette vision du monde dépassée doit continuer.»

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video