• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LES MÉDECINS CUBAINS AU SECOURS DES ZONES RURALES INHOSPITALIÈRES DU BRÉSIL

[SOCIÉTÉ] LES MÉDECINS CUBAINS AU SECOURS DES ZONES RURALES INHOSPITALIÈRES DU BRÉSIL

les médecins cubains vont au brésil fournir des soins de santé aux brésiliens pauvres des zones rurales, dont la plupart sont des noirs,
Ce week-end sont venus au Brésil un premier contingent de 400 médécins cubains sur les 4.000 contractés pour fournir une couverture santé aux régions rurales pauvres.
Cette initiative n’est pas du gout de tout le monde, notement une association de médecins brésiliens qui accusent Dilma la présidente du brésil, de faire venir des médecins d’ailleurs au lieu de privilégier les médecins locaux, ils l’accusent aussi de soumettre les médecins à « l’esclavage » parce que le gouvernement cubain reçoit une partie du paiement. mais le gouvernement Dilma considère cela comme une question d’intérêt public et social de premier ordre. certains bénévoles publiques ont assuré que les salaires seront plus élevés que dans d’autres missions, on dit être autour de 1600 $ par mois , ce qui est beaucoup d’argent dans un pays où le salaire de base est estimé à 100 $ .

Il est vraiment difficile de prouver l’accusation d ‘«esclavage » lorsque l’opération est soutenue par l’Organisation panaméricaine de la Santé Pan de l’ONU et considérant que Cuba, depuis Janvier de cette année , permet aux médecins de voyager à l’étranger , d’émigrer avec leurs familles et de travailler dans la clinique qui leur convient.

Le Conseil fédéral de médecine du Brésil affirme que l’arrivée de la brigade de l’île  » expose la santé des populations à risque  » Toutefois, seuls un millier de médecins brésiliens ont convenu de travailler dans certains des centaines de villages dans lesquels il n’y a jamais eu de médecin. Il semble étrange de dire que les personnes souffrant dans ces régions n’aient pas besoin de soins de santé dont leur proposeront les médecins cubains .

L’école brésilienne affirme que la formation de ses collègues de l’île est pauvre. Cependant, il y a des médecins  » SUV  » , prêts à s’installer dans les zones les plus inhospitalières , capables de travailler avec un minimum de ressources , prêt pour les campagnes de prévention et de santé très expérimenté dans le diagnostic clinique , indispensables dans des endroits où il n’y a pas de matériel de laboratoire .

Le choc des facultés de médecine en Amérique latine a commencé après que Cuba ait décidé de porter intérêts à ces régions en envoyant les premières brigades de santé dans différents pays de la région. Il s’est intensifié après la création de l’ École latino-américaine de médecine (ELAM) , institution qui est gratuit et des milliers de jeunes médecins convertis à leurs communautés. Opération Miracle , qui a rendu la vue à des centaines de milliers de personnes dans la région sans payer un sou , affectant les poches des ophtalmologistes qui se faisaient payer 2000 $ pour une chirurgie de 15 minutes.

En fait, au-delà des sympathies politiques , le gouvernement brésilien n’avait pas le choix , le plan pour étendre la couverture de santé à l’ensemble du pays a besoin de 54.000 médecins . Cette semaine elle comprendra comprendra 244 professionnels en provenance du Portugal , l’Espagne, l’Argentine et l’Uruguay mais qui ont fait le choix de ne travailler que dans les villes. Cuba est le seul pays capable d’envoyer, en un temps très court , un contingent de milliers de médecins dans les zones les plus démunies . Un luxe que le brésil ne peut se permettre de refuser, car cuba a près de 80.000 diplômés en médecine, un pour 150 habitants , le meilleur taux dans le monde.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook