• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LES ENFANTS AFRICAINS TOUJOURS EXPLOITÉS POUR PRODUIRE DU CHOCOLAT

[SOCIÉTÉ] LES ENFANTS AFRICAINS TOUJOURS EXPLOITÉS POUR PRODUIRE DU CHOCOLAT

Nous n’avons pas pour objectif de gâcher vos fêtes de fin d’année, mais si vous êtes impatients d’offrir des chocolats à votre entourage, ayez ça en tête. Il est possible que des enfants esclaves aient été utilisés dans sa production et certains d’entre eux pourraient être aussi âgés de 5 ou 7 ans.

Pire encore, ils peuvent avoir été volés à leurs familles et réduits en esclavage dans un pays étranger et forcé à effectuer un travail épuisant et dangereux dans les plantations de cacao.

En fait, c’est plus que possible, c’est même probable parce que des centaines de milliers d’enfants sont exploités dans le commerce du cacao.

Leur travail non rémunéré permet de produire du cacao, qui est à son tour utilisé pour fabriquer nos œufs de Pâques et d’autres délicieux chocolats.

Que se passe-t-il ?

Le cacao est l’ingrédient indispensable qui génère des milliards de dollars
pour les industries qui les vendent. Environ 70% du cacao vient de l’Afrique occidentale et principalement de la Côte d’Ivoire et du Ghana. C’est une source vitale de revenus pour les agriculteurs qui le cultivent, mais les enfants sont souvent exploités dans sa production.

Selon l’UNICEF, environ 600 000 enfants sont utilisés dans la production du cacao en Côte d’Ivoire et beaucoup d’entre eux n’ont pas le droit d’aller à l’école et ne bénéficient pas d’autres droits humains fondamentaux. Et ce chiffre donné n’est peut-être qu’une sous-estimation.

Selon l’Université Tulane à la Nouvelle-Orléans, l’exploitation est beaucoup plus élevée. D’après leurs estimations, 1,8 million d’enfants travaillent dans les activités liées au chocolat en Côte d’Ivoire et du Ghana, et une minuscule partie d’entre eux est payée pour ce travail.

Tulane rapporte que ces enfants sont souvent exposés à des « activités dangereuses », y compris « le défrichage et le transport de charges lourdes ».

La majorité du cacao est produite dans de petites exploitations et pas dans les grandes plantations gérées par des propriétaires riches. Des familles pauvres pour se « sauver » peuvent aussi être complices de ces exploitations.

Les enfants doivent aller dans la brousse pour accéder aux cacaoyers qui font pousser les précieuses cabosses de cacao. Ils doivent manier des machettes dangereuses, couper les cabosses et les fissurer. Les fèves de cacao sont ensuite extraites, séchées et mises en sac pour la vente.

Beaucoup des enfants exploités en Côte d’Ivoire et au Ghana viennent du Burkina Faso et du Mali.

Dans les faits, l’Union Européenne consomme presque la moitié de tout le chocolat produit dans le monde et même si peu de personnes semblent conscientes de ce qui se passe dans les coulisses. En mars 2012, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à une action contre l’utilisation des enfants dans le commerce du cacao.

Source principale :  « Karen Coleman: Chocolate’s dark side leaves bitter taste in mouth » sur le site de independent.ie

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook