• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LE SKETCH GÊNANT ET GÊNÉ DE DONEL JACK’S MAN

[SOCIÉTÉ] LE SKETCH GÊNANT ET GÊNÉ DE DONEL JACK’S MAN

À l’occasion de la sortie en France du film « 12 Years a Slave », l’humoriste Donel Jack’sman était invité par Laurent Ruquier sur le plateau de  « L’émission pour tous » afin de donner son avis sur le film.

Seulement Donel Jacks’man a failli mettre tout le monde mal à l’aise lors de ce sketch.

Le ton est donné dès le début quand l’humoriste à peine monté sur le plateau rappelle ce constat malheureux, comme quoi il n’y a pas assez de Noirs dans le cinéma français, avec bien sûr, un trait d’humour. « J’irai voir ce film parce que pour moi, c’est l’une des seules façons de voir des Noirs au cinéma, d’habitude le seul Noir que je vois au cinéma c’est le vendeur de pop corn » , « les gens se disent sûrement je suis un peu victimaire, mais à part Omar Sy, citez-moi deux acteurs noirs au cinéma français », toujours sur un ton humoristique.

Mais ça ne fait visiblement pas beaucoup rire, au contraire le public a l’air plutôt gêné, une chroniqueuse va même jusqu’à poser la question « c’est un humoriste ? ». Donel se sent alors obligé de redresser son tir pour ne pas passer à coté de son sketch et revient sur un classique, à savoir Kirikou.

De son passage hier sur le plateau de « L’émission pour tous », on peut aussi remarquer que Donel déclare à un moment, « moi l’esclavage on peut en rire, je pense », avant de continuer son sketch.
Même quand un film parle de l’esclavage avec autant de sérieux et d’émotion, il faut toujours qu’on trouve un ou deux Noirs pour venir sur un plateau devant des millions de téléspectateurs afin de détendre l’atmosphère et montrer qu’on peut en rire.

Ce sketch a finalement fait rire tout le monde mais n’a fait l’objet d’aucune réaction, ni de la part des institutions de lutte contre le racisme, ni de la part des institutions de défense de la mémoire des esclaves.

Soit une semaine seulement après l’affaire Dieudonné, on peut donc rire de l’esclavage et pas de la Shoah.
Certains diront que que c’est normal, c’est chez Ruquier, émission de divertissement, bonne ambiance, etc… Mais rappelons-nous aussi que le sketch de Dieudonné chez Fogiel il y a dix ans, était aussi fait dans une bonne ambiance, avec des humoristes comme Jamel Debouze présents ce jour là, tout le monde rigolait. Toutefois, le lendemain, les réactions n’étaient pas du tout les mêmes, de la presse aux institutions de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, tous sont montés au créneau pour dénoncer ce sketch « nauséabond ».

Quelle est donc la différence ? Entre un sketch qui ne parle même pas de la Shoah mais de la colonisation de la Palestine, et un sketch sur l’esclavage.

Pourquoi l’un fait subir à son auteur la colère d’un lobby, procès sur procès, interdictions d’antennes, excuses exigées, lynchage médiatique jusqu’à ce jour (10 ans plus tard). Et l’autre passe comme une lettre à la poste ?A-t-on besoin de plus que ça pour démontrer le deux poids deux mesures ?

Et déjà inviter un humoriste pour parler d’un tel film, n’est ce pas déjà un petit peu malsain ? Pourquoi n’ont-ils pas invité des personnes sérieuses qui auraient parlé de façon sérieuse de cette tragédie de l’humanité, histoire de bien recadrer les choses. Au lieu de ça, on invite un humoriste et tout le monde rigole.

Cependant, nous espérons que le film, qui est assez dur et réaliste, pourra corriger l’impression qu’on a de l’esclavage à chaque fois qu’il est présenté de la sorte à la télé par des humoristes.

Negronews

Pour revoir le sketch : 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook