[SOCIÉTÉ] LE RACISME ANTI-BLANC N’EXISTE PAS

Le racisme est l’apanage de celui qui détient le pouvoir car celui qui domine est le seul qui peut hiérarchiser les races tout en s’autoproclamant sommet de la pyramide.

Ainsi, dans l’imaginaire de beaucoup, il y aurait « les Blancs » et le reste. Dans cette catégorie périphérique vous pouvez y foutre pèle mêle les Noirs, les Arabes, les indigènes d’Amérique, les Aborigènes, les Asiat’ (Le dernier groupe étant particulier car il récupère petit à petit le pouvoir).

Le Larousse nous donne la définition suivante concernant le racisme : Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie.

Un renoi qui crie « sale babtou » n’est pas raciste en soi, c’est-à-dire qu’il ne se considère pas supérieur aux blancs. Cette insulte n’est pas porteuse de hiérarchisation raciale mais plutôt de haine, de colère, de tension. Car il ne faudrait pas prendre ce nègre pour plus con qu’il ne l’est…Les injures de ce type ne sont que des réactions face à un pouvoir « suprématiste blanc » qu’il sait exterminateur, génocidaire, pilleur, esclavagiste, colonialiste, aliénant depuis cette putain d’année 1492 jusqu’à aujourd’hui…

Alors il exprime radicalement son dégoût du système par ces mots…sans faire de tricar il ne le peut/veut pas car sa frustration doit se matérialiser d’une manière ou d’une autre. Il se sait/sent être la victime collatérale d’un jeu commencé avant lui et dans lequel les dés étaient pipés d’avance. Il refusera donc de sombrer tout seul jetant alors un « sale blanc » à l’arrache lui paraissant être une réponse non pas à la hauteur du problème mais au moins pouvant le soulager quelques instants.

J’entends déjà les charognards venir dire « arrête de dédouaner ces bons à rien et de rejeter la faute sur les autres» et je répondrais alors comme Ekoué de la rumeur « Mèle-toi de ton cul bonhomme, c’est pas ton histoire que la France traîne dans la merde, jusqu’à ce que dans les deux sens la décadence nous perde. »

Néanmoins, malgré cette apparente virulence, rares sont les Noirs qui en lançant ce genre de propos à l’encontre des Blancs, veulent substituer « une suprématie noire » injuste à celle déjà en place. En effet, « Black Power » ne veut en aucun cas dire dominons les Blancs (ça ne fait référence qu’à l’autodétermination de la communauté noire) contrairement au « White power » qui est un slogan qui contient toute cette dynamique revendicatrice de supériorité liée à un prétendu passé et présent glorieux.

Aussi, un Mundele qui t’insulte de « sale nègre » transporte tout son sentiment de prééminence dans la prononciation de ces mots. Il ne dit pas seulement que tu le déranges, il dit surtout « je suis tellement au-dessus de toi que si je veux, je peux te cracher dans les cheveux». Il te minimise en te renvoyant à l’image qu’il se fait de toi…Que tout le monde se fait de toi…Et l’élection d’Obama n’y changera foutre rien…

Pour lui tu es un mixe entre : cannibale, sauvageons, ignares, grand bêta, machine sexuelle sans cervelle… Et sur l’autre face de cette image il se voit, quant à lui, appartenant à une grande nation. Celle de Victor Hugo, Christophe Colomb, Charles de Gaulle, Copernic, Thalès…De ce fait, quand bien même ce raciste connaîtrait les mêmes conditions sociales que toi et habiterait dans la même tour HLM, il penserait en substance « Nous ne sommes pas les mêmes car mon présent et mon passé collectif est plus digne que le tien». C’est ce qu’il faut entendre dans le « sale nègre » balancé par un Blanc. C’est ça, la hiérarchisation des races. C’est ça, le véritable racisme. Cette injure n’est pas une réaction contre un pouvoir c’est, au contraire, une des manifestations du pouvoir. Ce Blanc pauvre patauge allègrement dans son jus de diarrhée et se sent conforté dans son raisonnement par Sarko lorsqu’il dit : « l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire ». Hiérarchisez ! Hiérarchisez ! Hiérarchisez !

Le racisme anti-blanc n’existe pas car dans l’imaginaire collectif les Blancs ont apporté la civilisation et ont modelé le monde à leur image : culture, sciences, politique, justice, philosophie…Ils sont alors considérés inconsciemment ou non par eux-mêmes et par le reste du monde comme des sortes de « Dieux qui nous seraient tombés sur la tête». C’est donc une idée intégrée dans la tête du plus grand nombre que les Blancs « rule the world ». Pour preuve, un frère me dit un jour « Peut-être Dieu a donné l’intelligence aux Blancs et qu’Il nous aurait doté d’autres choses ».

Par ailleurs et pour aller dans ce sens un de mes meilleurs amis, si ce n’est le meilleur, s’avère être blanc et un jour par curiosité je lui demandai « si je te disais, sans réfléchir du tac o tac, qu’est-ce que vous pensez des Noirs tu répondrais quoi ? » il me dit non sans gêne « je te dirais qu’ayant grandi dans cette société bercée d’images négatives à votre égard je vous imagine os dans le nez, tout nu en train de cuir un Blanc dans une grande marmite ».

N’étant pas égaux devant le complexe d’infériorité ou de supériorité raciale du fait du pouvoir, réelle ou supposée, exercée sur le monde nous ne sommes alors pas égaux face au racisme. Différents facteurs expliquent la raison pour laquelle le pouvoir diffuse l’idée visant à faire croire en la supériorité de l’homme blanc sur le reste du monde mais la plus évidente reste le maintien et la justification du système capitaliste parasitaire (à ce titre et pour plus d’infos se référer à ce lien http://bader.lejmi.org/index.php?s=wise).

Ainsi, si tu veux combattre le racisme il te faut combattre le pouvoir capitaliste et suprématiste blanc car la négrophobie n’est qu’une expression de ce dernier. Or, la puissance ne respecte que la puissance alors il te faut créer un autre contre-pouvoir. Le pouvoir du peuple. Le pouvoir des 99%. Notre pouvoir à nous. Le pouvoir de la majorité. Il nous faut faire tomber « les Blancs » de leur piédestal sur lequel ils pensent surplomber le monde depuis 500 ans et les ramener à notre niveau. Le niveau du vrai monde…Et ainsi « déracialiser » tout débat car le pouvoir ne devra pas être concentré dans les mains d’un petit groupe donné mais de la majorité c’est-à-dire ceux et celles qui permettent la création et la recréation de ce monde : la masse populaire et les paysans pauvres.

Get free or die tryin’
One Africa One nation
Uhuru

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook