• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LE CONGO PRÉVOIT D’AMÉLIORER LA DISTRIBUTION D’EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN

[SOCIÉTÉ] LE CONGO PRÉVOIT D’AMÉLIORER LA DISTRIBUTION D’EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN

Le gouvernement congolais entend augmenter les besoins en eau potable en milieu urbain, prévoyant une couverture de 90 pour cent en 2015 contre 51 pour cent en 2012, annonce mardi un communiqué du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique.

‘Nous prévoyons une couverture des besoins d’eau potable en milieu urbain, de 90% en 2015 contre 51% en 2012’’, a déclaré le directeur général de l’hydraulique au ministère congolais de l’Energie et de l’Hydraulique, Nicolas Labarre, lors d’un colloque sur l’eau et l’assainissement, organisé avec l’appui de l’ambassade de France au Congo.

Plus de 2/3 de la population du pays vit en milieu urbain d’où l’importance de mettre des bouchées doubles afin de satisfaire les besoins en eau potable dans les villes.

A ce jour, la Société nationale de distribution d’eau (SNDE) ne couvre que 21 centres urbains sur plus d’une centaine.

Cette société est confrontée à des problèmes de production et de distribution d’eau. En raison de la défectuosité de son réseau, la société enregistre des pertes techniques estimées à 30% de la production.

La production, la distribution, le stockage et la commercialisation de l’eau potable au Congo sont assurés par la Société nationale de distribution d’eau (SNDE).

Il existe également dans le pays des sociétés privées de production d’eau minérale.

A Brazzaville, nonobstant la construction des forages et des postes de potabilisation pour renforcer la production des usines du Djoué (1500m3) et de Djriri (2250m3), la demande en eau potable reste importante.

En 2012, la production d’eau potable dans le périmètre couvert par la SNDE a été de 171.726m3/jour, contre un déficit de 120.010m3/j.

La situation connaîtra une amélioration après l’entrée en production de la seconde usine de Djiri (5250m3).

Déjà, il s’opère dans certains quartiers les travaux de réhabilitation du réseau de distribution et des unités de stockage d’eau.

Il est également prévu la réhabilitation des usines du Djoué et de Djiri ; l’amélioration de l’alimentation à Pointe-Noire par la rivière Louémé et par des unités compactes de potabilisation connectées au Lac Gambouissi ; le renforcement des systèmes d’alimentation en eau potable (SAEP) des villes de Nkayi, Dolisie, Owando, Makoua, Sibiti, Mossaka, Boundji et bien d’autres.

Selon M. Labarre, de 2005 à ce jour, les investissements publics consentis dans le secteur de l’eau sont chiffrés à plus de 300 milliards de francs CFA.

‘Aujourd’hui, nous venons de lancer l’usine de Djiri II (5250m3/h). Dans un premier temps, nous allons lancer 1500m3 d’eau/heure. Quand cette usine sera fonctionnelle en totalité, nous aurons résolu le problème de toute la ville de Brazzaville’’, a-t-il dit.

Par ailleurs, en milieu rural, malgré la mise en place de l’agence de l’agence nationale de l’hydraulique rurale (ANHR), le taux de couverture demeure aussi faible, car estimé à 15% d’après les données de la SNDE.

Source : http://www.afriquejet.com/afrique-centrale/8491-distribution-d-eau-potable-en-milieu-urbain.html

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video