• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] LE CHOCOLAT DE PLUS EN PLUS DEMANDÉ, LES PAYS PRODUCTEURS DE CACAO TOUJOURS AUSSI PAUVRES

[SOCIÉTÉ] LE CHOCOLAT DE PLUS EN PLUS DEMANDÉ, LES PAYS PRODUCTEURS DE CACAO TOUJOURS AUSSI PAUVRES

On le lisait récemment dans les journaux, le chocolat est de nouveau trop cher. Explosion de la demande en cacao donc de son prix, mais cela au lieu d’être vu comme une bonne nouvelle pour les pays producteurs dont l’Afrique regorge. Cette nouvelle est passée comme une lettre à la poste. Pourquoi ? parce que les pays africains n’ont jamais profité de cette manne, comme pour le reste des matières premières qu’ils possèdent. car avoir la matière première c’est une chose, mais entre la matière première et le consommateur final il y a un long parcours qui ne profite pas vraiment à ces pays, mais surtout aux intermédiaires. Par conséquent, le pays en question ne peut pas vraiment jouir d’une quelconque augmentation de la demande. Ce qui nous amène à nous poser la question :
A qui cela profite-t-il vraiment ? À qui appartiennent les entreprises de production de cacao ?

nestlé

Le cacao est cultivé principalement en Afrique de l’Ouest, en Amérique Latine et en Asie. Les huit plus grands pays producteurs de cacao sont à présent (dans l’ordre décroissant) la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Indonésie, le Nigeria, le Cameroun, le Brésil, l’Equateur et la Malaisie. Ensemble, ils représentent 90% de la production mondiale.

Le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigeria, produisent donc à eux seuls, environ 70% de la production mondiale.

Le cacao est surtout très demandé pour les dérivés qui en découlent dont le plus connu est le chocolat, consommé majoritairement dans les pays riches. L’industrie chocolatière de transformation et de confection est détenue par une poignée de multinationales, de taille importante, comme le géant suisse Nestlé, et l’américain Cargill.

cacaoier

Seulement aujourd’hui le cacao est de plus en plus indispensable à cause de l’explosion de la consommation en chocolat notamment dans les pays émergents et les pays communément appelés « les nouveaux riches » avec une nouvelle classe moyenne importante. Comme la Chine, l’Inde, le Brésil, etc… La demande de chocolat ne cesse donc de croître au point où des pénuries sont annoncées les prochaines années. Ce qui fait évidemment grimper les prix de façon exponentielle.

Le chocolat au même titre que le pétrole, l’or, ou le gaz est devenu un produit qui rapporte gros une manne que bon nombre de pays producteurs devraient utiliser pour sortir de la pauvreté et surtout devenir influents dans le monde. par exemple par la création des Cartel comme c’est le cas avec l’OPEP des pays producteurs de pétrole. Le Venezuela gros producteur de pétrole peut aujourd’hui à lui seul influer le cours du pétrole, l’Arabie Saoudite aussi, à la dernière crise pétrolière, elle, a augmenté sa production de 20% pour stabiliser les prix et éviter la panique. La Russie par exemple qui aujourd’hui agace énormément l’Occident, semble tout de même intouchable.

Pourquoi ? parce que la Russie a du gaz et sait jouer de cet avantage là dans la géopolitique actuelle. Vous lui faites la guerre, elle coupe le robinet de gaz et on crève tous de froid (pour ceux qui vivent en Europe de l’ouest). Et contrairement à la version humanitaire que les médias nous racontent, le gaz est bel et bien au centre des crises syrienne et ukrainienne. La vraie raison est que l’Europe veut s’affranchir du gaz russe par le gaz des émirats arabes unis géré par les compagnies américaines. Ce gaz devait passer par la Syrie mais Bachar étant trop proche de Moscou, il fallait un autre dirigeant en Syrie pour ça. L’occident veut aussi récupérer l’Ukraine, la faire rentrer dans l’OTAN, installer des bases américaines aux portes de Moscou, et surtout surtaxer le gaz russe qui passe par ce pays.

Je m’égare un peu mais juste pour vous montrer à quel point les ressources économiques d’un pays, peuvent servir comme levier du pouvoir et le rendre plus influent dans le monde, surtout si ce pays est parmi les rares à en posséder. Et c’est le cas des pays d’Afrique équatoriale qui ont été cités plus haut.

Le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria, et à terme le Bénin, le Togo, la Sierra Leone, la Centrafrique… sont des pays de la zone équatoriale propices à la culture du cacao, les occidentaux ont essayé d’en produire ailleurs mais ça n’a pas marché.

Pourquoi ces pays là ne se regroupent pas aussi en cartel et font du cacao, c.a.d. du chocolat, un nouvel élément influence et de respect dans le monde ? Pourquoi la flambée du prix de cet aliment ne profite pas à ces pays mais plutôt à Nestlé, Cargill, Côte d’Or, Ferrero.. etc… ?

cacoo

D’autant plus que ce sont des enfants africains qui sont au charbon et font l’essentiel du travail, à savoir la cueillette, séchage et autre, tout le reste du boulot étant fait par des machines.

Selon l’UNICEF, environ 600 000 enfants sont utilisés dans la production du cacao en Côte d’Ivoire et beaucoup d’entre eux n’ont pas le droit d’aller à l’école et ne bénéficient pas d’autres droits humains fondamentaux. Et ce chiffre donné n’est peut-être qu’une sous-estimation.

Selon l’Université Tulane à la Nouvelle-Orléans, l’exploitation est beaucoup plus élevée. Selon leurs estimations, 1,8 million d’enfants travaillent dans les activités liées au chocolat en Côte d’Ivoire et du Ghana, et une minuscule partie d’entre eux est payée pour ce travail.

cac
Le chocolat rapporte à Nestlé plus de 150 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an, et un bénéfice net d’environ 15 milliards d’euros annuel, pour le seul groupe Nestlé. Toutefois, les principaux pays producteurs ne reçoivent même pas 5% de cette somme.

Pour une plaquette de chocolat coûtant par exemple 3 euros en magasin, le cultivateur de cacao n’en gagnerait que 0.06 centimes d’euro, soit 2%, ce qui est insuffisant pour permettre à ces cultivateurs de survivre et de subvenir aux besoins de leurs familles.

Cette situation a poussé bon nombre de cultivateurs à se tourner vers d’autres productions plus rentables pour eux, comme le caoutchouc, l’huile de palme, les cultures vivrières destinées à la consommation immédiate, ou prennent le chemin de l’exode rural tout simplement, l’émigration, finissant souvent dans la mer Méditerranée aux larges des côtes maltaises et italiennes, Lampedusa, etc..

Chris Sandjong pour NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook